Le président de Valenciennes crie au racisme anti Ch'tis

FOOT Francis Decourrière s'en est violemment pris à l'arbitre du match VA - Bordeaux (1-2), mercredi soir...

R.S.

— 

Le président de Valenciennes, Francis Decourrière, lors d'une conférence de presse le 20 février 2008.
Le président de Valenciennes, Francis Decourrière, lors d'une conférence de presse le 20 février 2008. — SIPA

Deux expulsions sur le terrain (Tiéné et Pieroni), une sur le banc (Kombouaré) et le but de la défaite concédé à la 83e minute sur une tête de Yoann Gourcuff. Mercredi soir, les Valenciennois n’ont pas digéré le revers concédé à domicile. Et il l’ont fait savoir à l’arbitre du match, Tony Chapron, violemment mis en cause par le président de VA, et certains joueurs du club nordiste.



Face aux caméras de télévision, Francis Decourrière a dénoncé les propos que l’arbitre aurait tenu auprès de ses joueurs. «Je ne sais pas si ça a été du racisme anti-ch'ti, mais je suis découragé. Il a rappelé que M. Chapron avait déjà été très critiqué pour son arbitrage lors de Toulouse-Lille en Coupe de France après avoir exclu trois joueurs, dont deux Nordistes. «On est peut-être des sous-hommes… Regardez son look. Je ne sais pas s’il ne va pas venir arbitrer avec un chien policier.»



L'arbitre se défend

Selon Francis Decourrière, l'arbitre aurait déclaré à des joueurs de Valenciennes: «On fera tout pour que vous descendiez en L2. Les cartons ce soir, c'est pour Valenciennes.» Le président nordiste a également fait état de «propos graves, injurieux» contre le défenseur brésilien de VA, Rafael Schmitz, avant de dénoncer les arbitres qui se protègent entre eux.



L’arbitre a quant à lui réfuté avoir insulté les joueurs nordistes et a affirmé «avoir été toujours correct». «On a eu la visite d'Antoine Kombouaré à la mi-temps, a-t-il confié. On lui a donné des explications (sur des propos injurieux rapportés par Rafael). Malheureusement, il n'a pas cru notre version. On était quatre à entendre la même chose. Apparemment la parole des joueurs compte plus que la mienne. Vous pouvez vérifier les propos que j'ai tenus sur les images, vous pouvez lire sur mes lèvres», a-t-il affirmé.