Tony Parker passe à Villeurbanne en vedette américaine

BASKET La star des Spurs a assisté à la rencontre Asvel - Nancy, mercredi soir...

Stéphane Marteau

— 

Le joueur de basket des San Antonio Spurs, Tony Parker, lors de son passage à Villeurbanne, le 13 mai 2009.
Le joueur de basket des San Antonio Spurs, Tony Parker, lors de son passage à Villeurbanne, le 13 mai 2009. — P.Merle/AFP

Eliminé prématurément des play-offs NBA il y a deux semaines par Dallas, le meneur des Spurs de San Antonio ne chôme pas pour autant. Avant de rejoindre son épouse, Eva Longoria, au Festival de Cannes, Tony Parker était présent hier à l'Astroballe pour assister à la rencontre entre l'Asvel et Nancy.

Il s'agissait de sa première visite à Villeurbanne depuis l'officialisation de son entrée dans le capital du club, dont il a été nommé vice- président des opérations basket, il y a trois mois. «Ça me fait plaisir d'être venu et d'avoir rencontré tous les salariés du club. C'est un très beau challenge qui commence et j'ai envie de m'impliquer dans tous les projets», a-t-il déclaré.

Un budget de 7,15 millions d'euros

Durant son séjour, débuté mardi, il s'est entretenu avec les joueurs et Vincent Collet, le coach de la «Green Team» et de l'équipe de France, avec lequel il a abordé la prochaine campagne des Bleus. Le triple champion NBA a participé hier à son premier conseil d'administration et a multiplié les réunions de travail avec Pierre Grall, le directeur exécutif, en vue de la constitution d'«une équipe très compétitive pour la saison prochaine» avec un budget de 7,15 millions d'euros.

«L'axe meneur-pivot est très important et nous travaillons dans cette direction, souligne Parker. L'idée est de s'inspirer de San Antonio et d'avoir deux ou trois franchise players entourés de role players, car nous n'aurons jamais les moyens financiers pour doubler tous les postes comme au Panathinaïkos ou au CSKA Moscou.»

Sans Mahinmi

Mais pas question de prêter à l'Asvel son coéquipier Ian Mahinmi, dont la saison a été gâchée par une blessure à la cheville. «Je suis bien là où je suis», nous a confié l'ancien pivot havrais, croisé mardi soir en compagnie du clan Parker. «Il reste aux Spurs, a confirmé TP. La saison prochaine sera importante pour lui, car il a de grandes chances d'intégrer l'effectif dans la mesure où Tiago Splitter (intérieur de Vitoria drafté par les Spurs en 2007) ne viendra pas.»

Accompagné de Gilles Moretton et d'Anthony Thiodet, le président et le vice-président de l'Asvel, Tony Parker a aussi profité de son passage dans la région pour rencontrer les décideurs locaux afin d'évoquer le projet d'une nouvelle salle de 15 000 places dans l'agglomération lyonnaise. Un dossier au centre d'une guerre politique entre Jean-Paul Bret, le maire PS de Villeurbanne, et Bernard Rivalta, administrateur de l'Asvel et conseiller municipal PS de Vénissieux.

Une salle à Vénissieux?

Le premier souhaite que l'Asvel demeure sur sa commune, fief historique du club, tandis que le second milite pour l'implantation de cette salle sur le site du Puisoz, à... Vénissieux. Le choix de l'emplacement incombe désormais à Gérard Collomb, le président PS du Grand Lyon, qui a reçu Tony Parker mercredi après-midi.