« Je suis là dès que l'équipe a besoin de moi »

Recueilli par Jérôme Pagalou

— 

A 35 ans, quel regard portez-vous sur votre carrière ?

J'ai évolué dans sept équipes et je garde surtout en tête la victoire en Ligue adriatique que j'ai remportée avec Vrsac (Serbie), en 2005. Je n'oublierai pas non plus ma participation à l'Euro 2003, aux côtés de Stojakovic et de Rakocevic.

Cette Ligue adriatique reste le seul trophée de votre carrière...

Je voudrais bien changer ça cette saison ! Il y a de la qualité à tous les postes à l'Asvel. Nous devons remporter les derniers matchs de la saison régulière pour entamer les play-offs en pleine confiance.

Votre venue au Mans (2006-2008) a-t-elle été liée à Vincent Collet ?

Oui, Vincent m'avait repéré lors d'un match de Coupe Uleb, en 2005, où j'avais bien joué avec Vrsac face au Mans. C'est un entraîneur d'expérience qui sait apporter beaucoup de confiance à ses joueurs. Venir à l'Asvel en février était plus facile grâce à lui.

Mais votre rôle est moindre à Villeurbanne (douze minutes par match contre vingt-cinq au Mans)...

C'est plus dur pour moi ici, mais l'effectif est bien plus complet qu'au Mans. Je suis vraiment content que mon contrat ait été prolongé jusqu'à la fin de la saison. Je suis là dès que l'équipe a besoin de moi, même pour cinq minutes. En tout cas, je ne revendique rien.

Face à Hyères-Toulon (103-98), vous avez stoppé le meilleur marqueur

du championnat, Austin Nichols...

La défense est une question de mental. Je savais qu'en perturbant leur meilleur joueur, nous avions de fortes chances de l'emporter. Lors des derniers play-offs au Mans, Vincent Collet m'avait déjà confié la garde de Nando De Colo [Cholet] et je l'avais coupé du jeu.

Vous pouvez aussi apporter des shoots lointains. Vous souvenez-vous avoir remporté un concours à 3 points en Espagne ?

Oui, c'était lors du All-Star Game, en 2006. J'avais notamment battu Rudy Fernandez [aujourd'hui à Portland, en NBA]. J'avais surtout peur de perdre face à sa soeur, qui participait aussi (rires) !

Cette saison est-elle votre dernier challenge ?

Je crois pouvoir encore jouer pendant deux saisons. A 35 ans, je ne pense pas pouvoir trouver un plus grand club que l'Asvel. J'aimerais rester un peu ici. W