Sans son belge, l'OM risque de perdre la frite

Sandrine Dominique

— 

« Mon successeur trouvera une équipe prête pour le futur. Avec seulement deux ou trois joueurs top à certains postes, l'équipe pourra partir sur une série comme Lyon. L'été sera crucial. » Pour Erik Gerets, interrogé par La Provence, il ne fait aucun doute : l'OM a un effectif aguerri capable de poursuivre sur la lancée des deux précédentes saisons.

Mais comme le laisse entendre le coach, ce groupe risque fort d'être fragilisé par le mercato. Parce qu'il y a des joueurs en fin de contrat qui vont partir, d'autres qui souhaiteraient rester mais que le club n'a pas prolongés, d'autres encore sous contrat mais qui pourraient être tentés par les sirènes étrangères. Au vu des liens que Gerets a tissés avec ses joueurs, une prolongation de son contrat aurait facilité la gestion de l'effectif cet été. Hélas, l'OM va devoir faire sans. Et c'est un grand chantier qui s'annonce.

En fin de contrat, Modeste M'Bami et Bolo Zenden devraient rejoindre respectivement l'Angleterre et l'Espagne. Le Camerounais était déjà pressenti pour partir dès cet hiver (Blackburn et Sunderland s'étaient positionnés). Mais la blessure au genou de Cana avait convaincu le staff de le conserver. Quant au Néerlandais, il est suivi de près par le FC Séville et Villarreal. Prêté cette saison, Tyrone Mears aurait pu prolonger à l'OM, mais il souhaite rentrer en Angleterre pour « raisons familiales ».

Le cas de Renato Civelli est différent. Le contrat de trois ans de l'Argentin expire en juin mais, sur les trois derniers mois, il est devenu indispensable en défense. Civelli assure du coup vouloir « rester ». «J'ai toujours cru que ma place était à Marseille, a-t-il déclaré à RMC. Mais ça ne dépend pas que de moi. » La Lazio serait déjà sur les rangs, au cas où.

Et que dire des joueurs sous contrat mais courtisés (Mandanda, Taiwo, Cana, Valbuena, Bonnart, Zubar, Niang). Il n'est pas dit que sans leur mentor, ils résisteront longtemps aux sollicitations extérieures. On sait, par exemple, l'importance que Gerets revêt pour Mathieu Valbuena. « Il existe une grande affection, un respect mutuel entre nous, confie l'ex-Libournais sur son site. Il a été le détonateur de ma jeune carrière. Je conserverai des liens et des rapports avec lui, même après son départ. Quant aux questions sur mon avenir, ce n'est pas ce qui importe aujourd'hui. L'important, c'est la conquête du titre. »

Même en cas de sacre, Marseille risque de vivre une intersaison agitée. D'autant que le départ de Gerets met une nouvelle fois en lumière les luttes intestines qui gangrènent le club sous l'ère Robert Louis-Dreyfus. Des guéguerres qui pourraient bien aussi avoir raison de Pape Diouf. Selon La Provence, le président « supporterait de moins en moins les intrusions de pseudos conseillers dans l'entourage de RLD. » L'OM est-il sur le point d'imploser ? W