Un petit tour d'honneur et puis s'en vont

Rémi Bostsarron

— 

Drôle d'ambiance, hier, au Haillan. A première vue, la séance d'entraînement s'annonçait comme un prétexte à une fête populaire, au lendemain du succès des Girondins en Coupe de la Ligue. Tout était réuni, à commencer par la foule : des voitures massées sur les trottoirs alentours avaient débarqué des centaines de spectateurs, agglutinés derrières les barrières tout autour du terrain et encadrés par un service de sécurité renforcé pour l'occasion. Impatients de féliciter leurs héros, ces supporters ont bien eu droit à la communion attendue, mais malheur à ceux qui ont eu le mauvais goût d'arriver en retard : les festivités n'ont pas duré.

Sortis en groupe, très souriants, les joueurs se sont réunis au milieu de la pelouse et ont savouré applaudissements et bravos, en compagnie de Diogo, le fils de Wendel. Puis ils se sont lancés dans un footing en forme de tour d'honneur, sur le terrain puis en dehors, avant d'enchaîner quelques courses et de rentrer aux vestiaires. Pour les supporters, le spectacle était déjà fini. Tout juste ont-ils pu prendre en photo la coupe, posée quelques instants devant eux sur une table en plastique. Même si beaucoup ont tenu à rester jusqu'au départ des joueurs, ils n'ont pas pu les approcher davantage, car la consigne du staff était stricte : pas de séance de dédicace. Les Girondins, on le sait, auraient aimé célébrer dignement ce titre, le deuxième de leur saison après le Trophée des Champions. Mais leur calendrier ne leur offre pas le loisir de se disperser. Dès mercredi, ils devront se rendre à Rennes, pour disputer un difficile match décalé de la 33e journée de championnat. Décidé à prévenir tout relâchement, Laurent Blanc tient donc à préserver son groupe de l'engouement populaire. Preuve supplémentaire de cette résolution : aujourd'hui et demain, les entraînements se dérouleront exceptionnellement à huis clos. W