Le RCS doit se souvenir des belles choses

Floréal Hernandez

— 

Un parfum de nostalgie flottera sur le stade de la Meinau, ce soir, avec la présence des champions de France 1979. Une époque où les Strasbourgeois avaient damé le pion à toute la Ligue 1, et notamment à Saint-Etienne et Nantes, les cadors de l'époque. Aujourd'hui, le club tente de retrouver non pas son lustre d'antan, mais l'élite du football français. Et un retour en L1 passe par une victoire contre Metz (battu deux fois en 1979, 3-0 à la Meinau puis 2-1 à Saint-Symphorien).

Car si le RCS est toujours maître de son destin dans la course à la montée, comme le répètent les joueurs et le staff, un faux pas, ce soir, serait préjudiciable. En effet, depuis vendredi, le club a perdu sa place sur le podium après la victoire de Boulogne-sur-Mer à Angers (1-5) et est talonné par Tours (vainqueur de Guingamp 1-0). Même Montpellier croit encore à un come-back après son succès à Troyes (1-2). Jouer le lundi permet aux Strasbourgeois d'avoir toutes les données de la 33e journée, mais ceux-ci éludent : « On ne s'occupe que de nous. »

Après l'embellie de cinq succès, le RCS reste sur deux défaites. Une situation sportive sensiblement identique à celle de la fin décembre, où les Strasbourgeois avaient reçu Boulogne pour se disputer la deuxième place. Elle l'est aussi au niveau de l'effectif. Face aux Nordistes, Jean-Marc Furlan avait dû se passer de Renaud Cohade, Harlington Shereni et Marcos. Ce sera encore le cas face à Metz. L'entraîneur strasbourgeois aimerait s'inspirer de ce succès laborieux (1-0 grâce à un penalty d'Emil Gargorov). D'ailleurs, il devrait reconduire la même équipe que face à Boulogne. A une exception près : Steven Pelé pousse Zoltan Szelesi sur le banc.

Ce derby est enfin l'occasion de revoir Yvon Pouliquen à la Meinau. Le joueur a laissé de bons souvenirs au public strasbourgeois, l'entraîneur messin moins, avec deux victoires obtenues l'an dernier (0-3 en Coupe, 2-3 en L1). Autre retour, celui de Pascal Johansen. Sous le maillot du RCS, il lui est arrivé d'être chahuté par les supporters. Alors sous le maillot messin... W