Bordeaux torpille les rêves de Vannes

FOOT Le suspens a tourné court en finale de la Coupe de la Ligue…

Avec agence

— 

Yoan Gouffran et Rodolfo Placente, lors de la finale de la coupe de la ligue, le 25 avril 2009 au Stade de France.
Yoan Gouffran et Rodolfo Placente, lors de la finale de la coupe de la ligue, le 25 avril 2009 au Stade de France. — AFP / BORIS HORVAT

Les Girondins de Bordeaux ont remporté facilement leur troisième Coupe de la Ligue de football, après 2002 et 2007, en battant Vannes (L2) 4-0 en finale samedi au Stade de France.

Il n'aura fallu que 12 minutes aux hommes de Laurent Blanc, qui remporte son premier titre majeur en tant qu'entraîneur, pour sceller l'issue de cette finale grâce à trois buts de Wendel (3), de Planus (10) et de Gouffran (12), face à des Vannetais totalement dépassés par les événements et la technique girondine. Peu avant la pause, Gourcuff, passeur décisif pour Gouffran, marquait le quatrième et dernier but bordelais (40, 4-0).

>> Une finale à revivre en live en cliquant ici


En seconde période, les deux équipes ont disposé de plusieurs occasions sans toutefois parvenir à en convertir une seule. Les Girondins, deuxièmes de Ligue 1 à deux points du leader Marseille, ont préparé au mieux leur déplacement à Rennes mercredi en match en retard de la 33e journée.

Mais quels enseignements les Girondins, prétendants à la couronne en L1, peuvent-ils tirer d'un match à ce point raté par un adversaire qui jouait sa première finale pour sa première saison professionnelle?

 La défense ne pourra pas se targuer d'avoir résisté à la pire attaque de L2 (26 buts), mais l'attaque s'est fait plaisir. Tous les joueurs offensifs ont brillé, tous ont marqué sauf Chamakh, mais il a été impliqué. On l'a vu par exemple réclamer d'un doigt autoritaire un corner à l'arbitre alors que les Girondins menaient déjà 3-0! Et Vannes n'est pas Liverpool...
 
Seule ombre au tableau, Wendel a quitté la pelouse au quart d'heure de jeu (17) en boitillant. Mission accomplie, mais Bordeaux aura encore besoin de lui.
 
C'est surtout mentalement que les Girondins pourront exploiter ce succès, la première ligne sur le palmarès d'entraîneur de Laurent Blanc (sans compter le Trophée des champions l'été dernier). Ils viennent d'aligner un sixième succès consécutif, toutes compétitions confondues, et la gagne appelle la gagne.

Les Bordelais ont fait le plein de sensations grisantes, il y a six jours en battant Lyon (1-0) dans le match au sommet de la L1, et samedi en soulevant la troisième Coupe de la Ligue du club (2002, 2007), record du Paris SG égalé. Ils y ont aiguisé leur appétit en vue de leur match décalé à Rennes, mercredi.