Dopage: l'étau se resserre autour d'Andreas Kloden

CYCLISME Le rapport d'une commission d'enquête accable le coureur allemand…

A.P.avec Agence

— 

Les Allemands de l'équipe Astana, Andreas Klöden et Matthias Kessler, paraissent bien placés pour l'emporter.
Les Allemands de l'équipe Astana, Andreas Klöden et Matthias Kessler, paraissent bien placés pour l'emporter. — Jaime Reina AFP/Archives

Le dopage était systématique entre 1995 et 2006 au sein des formations cyclistes allemandes Telekom puis T-Mobile, au bénéfice notamment d'Andreas Klöden, rapporte le magazine allemand «Der Spiegel» à paraître lundi, qui a eu accès aux conclusions d'une commission d'enquête.

Pendant deux ans, la commission indépendante mise en place par l'université de Fribourg s'est penchée sur le travail des docteurs Lothar Heinrich et Andreas Schmid. Ces deux médecins avaient été licenciés par la clinique universitaire de Fribourg en 2007 après avoir reconnu leur implication dans le dopage de l'équipe Telekom jusqu'en 1999.

Après l'audition de 77 témoins, des contre-expertises réalisées sur 58.000 échantillons sanguins et la vérification de factures et autres notes de frais, cette commission a conclu que «les deux médecins ont fourni et diffusé des produits dopants aux coureurs au moins jusqu'en 2006».

Transfusions sanguines


C'est la principale conclusion du document de 64 pages remis par la commission à la direction de l'université qui, selon Der Spiegel, doit le rendre public prochainement après vérification par ses avocats. Dans ce document, consulté par l'hebdomadaire, figure le nom de Klöden qui, au contraire de son grand ami Jan Ullrich, leader de T-Mobile jusqu'à son licenciement en juillet 2006 pour son implication dans l'affaire Puerto, est encore en activité.

Selon la commission d'enquête, Klöden, sous contrat avec la formation kazakhe Astana, se serait rendu en compagnie de ses coéquipiers Patrik Sinkewitz et Matthias Kessler après la première étape du Tour de France 2006 à Fribourg pour y recevoir des transfusions sanguines.

Contacté par «Der Spiegel», Klöden qui avait pris la 3e place du Tour 2006, s'est refusé à tout commentaire. Sinkewitz a été convaincu de dopage en 2007, tout comme Kessler.