Etienne Didot et ses deux amours

FOOT Le milieu toulousain dispute mercredi une demi-finale de Coupe de France contre son club de coeur, Guingamp...

Alexandre Pedro

— 

Etienne Didot lors de Toulouse - PSG le 22 mars 2009.
Etienne Didot lors de Toulouse - PSG le 22 mars 2009. — J.P Arles / REUTERS

Il paraît qu’on n’oublie jamais son premier béguin. Breton pur cidre, Etienne Didot concède toujours un faible pour l’En Avant Guingamp. «C'est un clin d'œil sympa et j'espère pouvoir rigoler avec eux si ... on gagne », sourit le milieu de terrain au sujet de cette demi-finale de Coupe de France entre Toulouse et l’En Avant Guingamp.
 
>> Toulouse – Guingamp : une demi-finale à suivre en live dès 20h45
 
Intarissable sur le sujet,  Didot garde toujours en mémoire la venue de l’Inter Milan au Roudourou pour un premier tour de Coupe UEFA en 1996. «J’avais même raté un voyage scolaire exprès pour ne pas rater ce match», avoue-t-il aujourd’hui. Pourtant, le natif de Paimpol n’a jamais eu l’occasion de porter les couleurs guingampaises. A l’heure de choisir son club formateur, l’adolescent opte pour Rennes, son père n’ayant digéré que son frère aîné, Sylvain, n’est pas été conservé par le club costarmoricain.  

«Le joueur qui nous manquait»

 
Ironie de l’histoire, c’est en rejoignant les bords de la Garonne que le cadet va enfin marcher dans les pas de l’aîné, passé par le TFC entre 2002 et 2004. Boudé par Guy Lacombe à Rennes, Didot s’épanouit loin de sa Bretagne où il se croyait pourtant bien amarré. A Toulouse, on se pince encore du cadeau. Didot est «le joueur qui manquait à l’équipe», salue son capitaine, Mauro Cetto.

Poids plume égaré au sein d’un effectif bien servi en physiques charpentés, le Breton «sait quand ralentir ou dynamiser le jeu», poursuit Cetto. Il existe un Toulouse avec et un Toulouse sans Didot. La défaite concédée samedi à Grenoble (1-0) suffit à le rappeler. Soucieux d’économiser son meneur de jeu, Alain Casanova l’avait placé sur le banc de touche en début de match. C’est donc reposé qu’Etienne Didot s’apprête à défier le club de ses premiers émois.