Guingamp, taillé dans le granit breton

— 

Anonyme 11e de L2, sans espoir de montée en L1 ni risque de descente en National, Guingamp compte sur la Coupe de France pour épicer sa saison. Comme toujours depuis sa relégation de l'élite, à l'issue de l'exercice 2003-2004, le club breton faisait partie des prétendants au podium l'été dernier. Et comme toujours, un début de championnat catastrophique (quatre défaites d'entrée) a plombé ses ambitions. « C'est une équipe bien regroupée, qui va très vite vers l'avant une fois le ballon récupéré, explique le technicien toulousain Alain Casanova. Elle a aussi une bonne relation milieux-attaquants. » Malgré le talent du Brésilien Eduardo ou de Richard Soumah, l'En Avant n'affiche pourtant que la 16e attaque de L2 (31 buts marqués) alors qu'il possède la meilleure défense (26 buts encaissés). « Pas mal de joueurs ont disputé de nombreux matchs de L1 », remarque aussi Etienne Didot. C'est notamment le cas du défenseur Yves Deroff ainsi que des milieux Wilson Oruma, Badara Sene, Lionel Mathis et Christian Bassila. Dirigés par Victor Zvunka - entraîneur du TFC en 1991-1992 - les Guingampais ont déjà battu deux formations de l'élite cette saison : Saint-Etienne (4-1) en Coupe de la Ligue et Le Mans (1-0) en Coupe de France. En outre, ces champions du match nul (15 en 32 journées) n'ont perdu que deux de leurs 24 dernières rencontres, depuis mi- novembre. Bref, les Toulousains n'auront sans doute pas la partie facile face au finaliste malheureux de l'édition 1997, battu par Nice aux tirs au but. W

N. S.