Le coup de gueule de Vrilliard

— 

La fatigue, un manque d'application et une certaine suffisance. Voici, selon l'entraîneur Mathieu Vrilliard, les ingrédients du cocktail fatal aux Toulousaines, éreintées dimanche dans le Calvados par les filles de Condé-sur-Noireau, 11es et avant-dernières de D1 (4-0). Les Violettes, qui conservent leur 4e place à quatre journées de la fin, ont dû effectuer un voyage de onze heures en bus, samedi, pour rallier la Normandie. Mais le long trajet - combiné aux absences de cadres comme Virginie Dessalle - ne justifie pas tout. « Condé avait beaucoup plus envie que nous », note Vrilliard, au sujet d'une formation balayée à Toulouse à l'aller (1-7). « Je vais arrêter de bosser avec des personnes qui sous-estiment ma charge de travail. Dimanche, certaines filles n'ont pas eu l'attitude de joueuses de D1. J'ai déjà onze contacts avec des éléments de niveau D1... »

Avant la réception des Nordistes d'Hénin-Beaumont, le 3 mai, l'avertissement est lancé. W

N. S.