Les Marseillais mènent bon train

Sandrine Dominique

— 

On pouvait craindre un coup de mou physique et mental des Phocéens après leur élimination jeudi en Coupe UEFA. Mené d'ailleurs à la pause (1-0) après un contre meurtrier de Gameiro (8e), l'OM a finalement réussi à se sortir du piège lorientais en s'imposant (1-2) à force d'abnégation, hier, lors de la 32e journée de L1. « Etre sorti de ce guêpier est la preuve de notre détermination à aller au bout et de la motivation des garçons à ne rien céder, soulignait le président Pape Diouf sur OMtv. Dans cette dernière ligne droite, on sait que c'est sur le ressort psychologique que les choses se joueront. » Côté comptable, les Olympiens confortent leur bonne tenue à l'extérieur (33 points sur 48 possibles) mais surtout assoient leur position de leaders avant un déplacement délicat à Lille, dimanche prochain.

Au rayon des satisfactions, les ressources mentales donc, mais également un nouveau coaching gagnant de la part d'Erik Gerets. Ça devient une habitude, Marseille a besoin de 45 minutes pour entrer dans le match, avant d'accélérer en seconde période après les changements. Les entrées de Wiltord (53e), Ziani et Samassa (73e) à la place de Ben Arfa, Koné et Valbuena ont métamorphosé une équipe poussive. C'est sur un tir de l'ex-Lyonnais repoussé par Cappone dans les pieds de Civelli que l'OM a égalisé (1-1, 60e). Avant que Ziani n'offre le 2e but à Brandao (1-2, 80e). Une 5e réalisation pour l'attaquant brésilien qui vient récompenser son énorme travail pour le collectif. « Les réservistes ont fait la différence, se réjouit le coach. On ne peut pas dire qu'à l'OM, il y a des titulaires et des remplaçants. Tout le monde se sent concerné. » W