La formation nantaise au révélateur lyonnais

— 

L'entraîneur des 18 ans, Stéphane Moreau, est un sacré acrobate. A chaque tour de Gambardella, il doit jongler pour dessiner sa formation. « Difficile d'avoir une équipe type » quand certains de vos joueurs sont appelés à basculer en réserve voire parfois en professionnels. « C'est normal, c'est comme ça ! », philosophe-t-il. En tout cas, cet aléa n'a pas empêché ses 18 ans d'atteindre la demi-finale de la Gambardella. Dimanche, à 17 h 30, à Alençon, ils vont défier Lyon. Le Stade de France n'est plus qu'à 90 minutes. Si près du but, ne serait-il pas judicieux de donner la priorité à la Gambardella sur l'équipe réserve ? Non, car les réservistes (3es) en CFA 2 (qui reçoivent Dives dimanche, à 15 h, à la Beaujoire) n'ont pas encore fait une croix sur une montée en CFA.

Stéphane Moreau devra s'accommoder des forces restantes... « Peu importent les seize, explique-t-il. Notre atout, c'est cette notion d'ensemble. » Au tour précédent, par exemple, avec une formation composée de moitié par des 16 ans, le FCN s'était débarrassé d'Auxerre (2-2, 4 t.a.b. à 3). « Ce fut un déclic, estime Moreau. Quelque chose s'est passé ce jour-là. Il faut désormais reproduire ça sur un match... » Dimanche, c'est l'ogre lyonnais qui se dresse sur la route des jeunes pousses nantaises. « Ils ont beaucoup de joueurs de talent, un potentiel individuel très fort, analyse le coach. Ils sont un peu dans le même style qu'Auxerre. Avec un collectif bien rôdé, ça peut passer... » W

D. P.