Le Racing retrouve la serénité

— 

On dirait que quelque chose a changé dans les têtes artésiennes. Le succès face à Strasbourg (4-1) a enlevé un énorme poids aux Sang et Or, qui ne gagnaient plus depuis six matchs. Aujourd'hui, il prépare leur déplacement à Montpellier dans la sérénité. « Avant ce match, nous avions du mal à regarder les supporters dans les yeux. Mais là, nous sommes sortis du stade la tête haute », remarque le capitaine, Eric Chelle. Rien n'explique vraiment ce soudain réveil. C'était un soir où tout a marché, tout simplement.

« Nous avons senti les prémices pendant l'entraînement. Il fallait juste les retranscrire en match », estime Jean-Guy Wallemme. D'autres ont estimé qu'il était plus facile pour le Racing d'évoluer face à une équipe qui vient pour produire du jeu, à l'image de ce qui se passe en L1. Mais le bilan Sang et Or face aux cadors de L2 étaient jusque-là faméliques. C'est surtout la capacité lensoise à repousser le doute qui a frappé. Car l'équipe n'a jamais cédé à la peur, alors que tout l'environnement du club commençait sérieusement à s'inquiéter. « On a fait le dos rond, tout en acceptant les critiques », révèle le coach lensois, victime du seul passage nuageux de la semaine.Mais la rumeur envoyant Guy Lacombe sur son banc a bien vite été démenti par le président, Gervais Martel. Un bon moyen de s'assurer quelques semaines de sérénité supplémentaire. ■A. M.