Une jeune pousse qui connaît ses classiques

Floréal Hernandez

— 

Lens comptera dans la carrière de Magaye Gueye. Fin octobre à la Meinau, l'attaquant de 18 ans avait joué son premier match pro. Lundi au stade Bollaert, il a connu sa première titularisation. « C'est un moment inoubliable. En plus dans une super ambiance [34 000 spectateurs]. Ça restera un super souvenir sauf le résultat [défaite 4-1 du Racing] », raconte le titulaire en équipe de France des moins de 19 ans. Débuter cette rencontre, ce choc de la Ligue 2, il ne s'y attendait pas. « Franchement non. Le coach ne m'avait rien dit. Mais je n'ai pas été surpris », détaille-t-il calmement.

Avant la causerie, Jean-Marc Furlan l'a pris à part pour le prévenir de son choix, il lui a aussi dit de se mettre dans sa bulle pour se concentrer. « Dans ces cas-là, tout le monde vient te donner un conseil. Il faut acquiescer et filtrer », conseille l'entraîneur strasbourgeois. Ce qu'il a fait. Après le match par contre, l'attaquant a répondu à toutes les sollicitations qui affluent lors d'une première : presse, amis, supporters, famille. D'ailleurs, dans les tribunes de Bollaert, son père veillait sur sa prestation. « Je n'ai pas fait ce que je voulais, avoue Magaye Gueye. J'ai fait ce que je pouvais à l'image de l'équipe. » Habitué à jouer dans l'axe, attaquant ou meneur de jeu, il a été placé sur le flanc gauche strasbourgeois par Jean-Marc Furlan pour palier la blessure de Yassine Bezzaz. « Une première pour moi depuis les benjamins », rigole le gaucher dont le modèle est Zinédine Zidane. Remplacé à 22 minutes du terme, Magaye Gueye reconnaît avoir eu « les jambes fatiguées ».

Arrivé au club à douze ans et demi, repéré par Jacky Duguépéroux et recruté sur l'insistance de Marc Keller, Magaye Gueye a signé son premier contrat pro fin octobre. Ses performances avec les Bleuets, un doublé contre l'Ukraine en amical le mois dernier, éveillent l'attention du foot français. « Moi, je ne m'en préoccupe pas. Mon père gère les choses pour moi. J'ai signé pour trois ans au Racing, je veux tout donner pour mon club formateur », clame-t-il avant d'avouer qu'il a changé de numéro de téléphone à cause d'appels d'agents.

Cet attachement au club, il l'a montré de manière étonnante après son premier match en Ligue 2. Dans l'obligation de pousser la chansonnette devant toute l'équipe pour son baptême pro, il n'a pas choisi un tube pop, hip-hop ou R'n'B du moment. Non, Magaye Gueye a entonné Le virage du Krimmeri, l'ex hymne du RCS chanté par Virginie Schaeffer. ■