Les Français jouent-ils trop?

TENNIS Simon et Monfils ont déçu à Monte-Carlo. Les raisons d’un échec...

M. Go.

— 

Le tennisman français Gaël Monfils lors de sa défaite en 8e de finale du tournoi de Miami face à Andy Roddick.
Le tennisman français Gaël Monfils lors de sa défaite en 8e de finale du tournoi de Miami face à Andy Roddick. — C.Barria/REUTERS

«C'est sûr que là ce n'étaient pas les quatre Mousquetaires.» Richard Gasquet, toujours blessé à l’épaule et qui a assisté en spectateur à l’enterrement de première classe des tennismen français sur les courts de Monte Carlo, est d’humeur morose. Après les éliminations de Jérémy Chardy et de Julien Benneteau lundi, Paul-Henri Mathieu, Florent Serra, Gaël Monfils et Gilles Simon, sont passés à la trappe pour leur premier match en principauté. En l’absence de Tsonga et Gasquet, Marc Gicquel est le dernier Français en lice pour le premier grand tournoi de terre battue de la saison. De mauvais augure à quelques semaines de Roland-Garros.



Revivre la journée des Français en live comme-à-la-maison ici


Au milieu de cette avalanche de défaites, les échecs de Simon, 7e mondial, et Monfils, 10e au classement, face aux modestes Tipsarevic et Beck (56e et 89e), interrogent. Manque de jus? Adaptation à la terre compliquée?  «La vérité est un peu au milieu de tout ça. C’est sûr que la terre demande du temps pour s’adapter. Or, nos joueurs ont acquis un autre statut. Ils sont très bons, vont plus loin dans les tournois et du coup font beaucoup de matchs. Un rythme qui joue également sur la fatigue, analyse Eric Deblicker, l’ancien coach de Richard Gasquet.» Mardi, Gilles Simon, qui est apparu particulièrement las (7-5, 6-1) lors de sa défaite  a d’ailleurs annoncé qu’il allait se consacrer pendant 10 jours à l’entraînement sur terre. Tsonga a lui préféré faire l’impasse sur Monte-Carlo pour faire sa rentrée sur terre à Rome la semaine prochaine.


Mais le mal semble aussi mental. Comme si une forme de lassitude avait envahi les joueurs depuis la cinglante défaite en Coupe Davis contre  la République Tchèque. Après un début de saison tonitruant (Tsonga vainqueur à Johannesburg et à Marseille, Monfils finaliste à Accapulco), les 4 mousquetaires ont été très moyens lors de la tournée américaine et notamment lors des deux premiers Masters 1000 à Indian Wells et Miami. «Seuls les 4 meilleurs joueurs du monde sont capables d’enchaîner les performances de très haut niveau. Il faut aussi  que nos joueurs réfléchissent à la programmation de leur saison», poursuit Deblicker. Gilles Simon et Gaël Monfils ont par exemple disputé huit tournois cette saison sans compter la semaine de stage de Coupe Davis. Ce qui n’inquiète pas ce dernier, réputé pour être un marathonien des courts, et qui a positivé au sortir de sa défaite 6-3, 6-1: «Parfois ça arrive qu'on passe à côté. On va retourner au boulot, la saison sur terre battue est encore longue» Pas forcément un bon signe…