De Gueugnon à la Ligue des champions, l'ascension fulgurante d'Aly Cissokho

FOOT Qui est ce Français qui cartonne à Porto?...

Alexandre Pedro

— 

Le Français Aly Cissokho (à droite)  déborde le Mancunien lors du quart de finale aller de Ligue des champions entre Manchester-Porto, le 7 avril 2009
Le Français Aly Cissokho (à droite)  déborde le Mancunien lors du quart de finale aller de Ligue des champions entre Manchester-Porto, le 7 avril 2009 — D.Stapples / REUTERS

Ce n’est pas un Ballon d’or qui va effrayer Aly Cissokho: «Cristiano Ronaldo? Pour moi, il est comme les autres. Il faut juste rester concentré et être sûr de soi», avance le Français du haut de ses 21 ans et d’un parcours pas commun. En l’espace d’un an, ce latéral gauche physique est passé des bas-fonds de la Ligue 2 avec Gueugnon à un quart de finale de Ligue des champions sous les couleurs de Porto.

>> Porto- Manchester United, un match à suivre en live-comme-à-la-maison dès 20h45


Pourtant Manchester United, Cissokho connaissait déjà. Il y jouait encore la saison dernière, mais  manette en main sur sa Playstation. «J’avais aussi le poster d’Evra dans ma chambre», ajoute l’arrière gauche le mieux noté du championnat portugais. Intraitable en un contre un et en progrès constant dans sa participation au jeu offensif, Cissokho a impressionné à Old Trafford lors du match aller (2-2). «Il a un potentiel exceptionnel», ose même Jesualdo Ferreira, son entraîneur. «Si sa connaissance du foot est rudimentaire, il a une capacité hors-norme à assimiler tout ce qu’il voit», détaille Ferreira.

Acheté 300.000 euros


Cissokho sait ce qu’il doit au technicien à la voix éraillée par la nicotine. C’est Ferreira qui a convaincu ses dirigeants de le recruter à Setúbal (au sud de Lisbonne), où le défenseur avait rebondi après son départ de Bourgogne l’été dernier. A 300.000 euros, le risque était très relatif. Aujourd’hui, Porto se frotte les mains et pourrait réussir le coup de l’année en revendant sa trouvaille. Tottenham propose déjà six millions d’euros pour s’attacher ses services.
 
Le natif de Blois ne dit pas non à un retour en France, mais par la grande porte. Lyon et Marseille seraient déjà venus tâter du terrain. «Je sais qu’ils viennent me voir jouer, qu’il y a un petit intérêt. J’essaye de faire de belles prestations de mon côté», a admis l’intéressé sur «RMC Info». Prochainement, il lui faudra aussi trancher entre le Sénégal ou la France pour sa carrière internationale. La concurrence à son poste (Evra et Clichy en tête)  n’a rien contre la première option..