Romain Mesnil : «Certains n'étaient pas d'accord avec ma démarche»

INTERVIEW Après s'être mis nu dans la rue et s'être mis en enchère sur ebay pour trouver des sponsors, Romain Mesnil fait ses comptes...

Recueilli par Bertrand Tang

— 

Romain Mesnil, world vice-champion, pole vault 2007, presents hi new concept to encourage businesses and individuals to sponsor athletes. Paris, FRANCE, 31.03.2009.

REVELLI-BEAUMONT / SIPA
Romain Mesnil, world vice-champion, pole vault 2007, presents hi new concept to encourage businesses and individuals to sponsor athletes. Paris, FRANCE, 31.03.2009. REVELLI-BEAUMONT / SIPA — no credit
Comment avez-vous vécu l'évolution des enchères depuis le premier jour?
Je n’ai pas suivi ça en direct. On me disait à chaque fois que ça monte vite et ce jusqu’à hauteur de 56.000 euros. C’est énorme. Il y avait comme une espèce d’euphorie. Puis quand j’ai rafraichi, j’ai vu 3 millions. Je me suis dit qu’il y avait un problème. Il s’est avéré qu’il y avait des gens qui se sont amusés à craquer le système et à surenchérir. On a du remettre à zéro pour repartir sur des bases saines. Finalement, on a rétabli la chose au moment où il fallait, trois jours avant la fin. Le jour final, j’ai évidemment regardé avec attention. C’est monté vraiment dans les dernières minutes. On atteint finalement 16.100 euros.

Etes-vous satisfait de ces enchères?
Je suis très satisfait. Je ne me suis pas fixé d’objectif par rapport à ces enchères. Mon objectif, c’est le sport. La finalité était de trouver un partenaire avec qui on peut aller le plus loin ensemble. L’opération a été belle et sympathique du début jusqu’à la fin. Il y a aussi la grosse somme du particulier (le deuxième lot) qui sera reversé pour l’association (caritative). Le parrain a voulu rester anonyme…

Est-ce que vous allez rééditer ce genre d’opération sous d’autre forme?
Je n’y pense pas du tout. Ça n’a pas été évident à mettre en place. C’était sympathique, ça m’a fait marrer. Voilà, c’est un truc qu’on fait une fois. Mais mon métier, c’est d’être sportif. Pas de faire des coups marketing.

Maintenant, vous êtes libre de tout problème de partenariat…
Le départ de mon partenaire a été une grosse perte. C’était un tiers de ce que je gagne. Ce n’est pas une fin en soi car je continue à être salarié (à côté). C’est vrai que ça a choqué certaines personnes de voir que j’ai fait ça alors que je gagne quand même ma vie. Mais j’avais envie de faire bouger les choses.

Vous avez eu des retours de sportifs depuis la fin de l’opération?
J’ai eu certains retours très positifs disant que ça fait plaisir. Mais j’ai eu quelques retours où les gens n’étaient pas d’accord avec la démarche. C’était sympa de leur part d’avoir l’honnêteté de me le dire.

Comment voyez-vous maintenant le reste de la saison?
Sportivement performante, malgré un hiver un peu difficile au début. J’ai commandé de nouvelles perches qui vont me permettre d’être dynamique. Il y a de belles perfs à venir et de bons combats. C’est vrai que je me vois jusqu’en 2012, l’objectif c’est ça. Et puis il y a aussi les championnats du monde (ndlr : à Berlin, du 15 au 23 août 2009). Je me sens bien et j’ai envie d’aller au bout. Cela fait dix ans que j’ai le potentiel de faire six mètres.

-Le lot 1, un partenariat classique à destination d’une entreprise, a été remporté par OVH («On Vous Heberge» ), spécialiste de l'hébergement sur Internet, pour 16.100 euros. «Notre but est de faire connaître OVH au grand public. Ce n’est pas une démarche ponctuelle, elle s’inscrit dans la durée avec Romain Mesnil», explique le directeur de la société Octave Klaba.

-Le lot 2, à destination du grand public, a été remporté par un particulier «français» qui a souhaité rester anonyme. Il reversa 7.550 euros à l'association pour la recherche contre les tumeurs du cerveau (ARTC) et offrira son espace de visibilité à l'ARTC et l'association «Un maillot pour la vie».