Bayern Munich : Joshua Kimmich ne rejouera pas avant 2022 à cause de séquelles du Covid

FOOTBALL Le cas du Bavarois, qui a décidé de ne pas se faire vacciner, suscite toujours beaucoup de débats en Allemagne

N.C. avec AFP
— 
Joshua Kimmich lors du match entre Benfica et le Bayern Munich, le 20 octobre 2021.
Joshua Kimmich lors du match entre Benfica et le Bayern Munich, le 20 octobre 2021. — Action Press/Shutterstock/SIPA

Le milieu de terrain du Bayern Munich Joshua Kimmich, non-vacciné et contaminé fin novembre par le  Covid-19, est sorti de quarantaine mais ne rejouera pas avant 2022 en raison de séquelles physiques, a annoncé le club allemand jeudi. « Je suis heureux que ma quarantaine soit terminée. Je vais très bien, mais je ne peux pas encore m’entraîner à fond en raison d’une légère lésion aux poumons », a expliqué le joueur de 26 ans dans un communiqué.

Absent depuis le 6 novembre

« Je vais donc suivre un entraînement de remise en forme et j’ai hâte d’être de retour à plein temps en janvier », a-t-il ajouté. Le milieu manquera ainsi les trois derniers matchs de championnat prévus en décembre, à savoir les réceptions de Mayence (11 décembre) et Wolfsburg (17 décembre) et le déplacement à Stuttgart (14 décembre).

Sa dernière rencontre remonte désormais au 6 novembre contre Fribourg. Il avait quelques jours plus tard été renvoyé de la sélection allemande pour avoir été en contact avec son coéquipier Niklas Süle, positif. Il avait alors manqué les deux rendez-vous de novembre contre le Liechtenstein (9-0) et l’Arménie (4-1).

La classe politique s’en mêle

Kimmich avait été placé à nouveau en quarantaine le 19 novembre pour avoir de nouveau côtoyé une personne positive au Covid-, puis avait été lui-même testé positif. Le choix du joueur de ne pas se faire vacciner avait suscité d’interminables débats en Allemagne. Le ministre de l’Intérieur l’avait même conjuré de se faire vacciner.

Beaucoup, dans la presse ou parmi le personnel politique, lui ont reproché d’envoyer un signal négatif, dans un pays où le taux de vaccination est insuffisant (69,3 % de personnes entièrement vaccinées). L’Allemagne est actuellement frappée par une nouvelle vague de contaminations. Pour y faire face, le nouveau chancelier social-démocrate Olaf Scholz va demander au parlement de se prononcer sur l’obligation vaccinale qui, si elle est approuvée, entrera en vigueur en février ou mars.