Revivez Paris - Roubaix en live comme-sur-les-pavés

Antoine Maes, à Lille

— 

Tom Boonen et Fabian Cancellara lors du Paris-Roubaix de 13 avril 2008.
Tom Boonen et Fabian Cancellara lors du Paris-Roubaix de 13 avril 2008. — REUTERS/Pascal Rossignol
PARIS - ROUBAIX (259km)

Pour rafraîchir, cliquez ici...


17h24: Filippo Pozzatto passe tranquillement la ligne en deuxième position. Thor Hushovd est troisième et Sylvain Chavanel est huitième.
17h19: C'est fait! Tom Boonen s'impose pour la troisième fois à Roubaix! La deuxième fois d'affilée. En costaud, c'est mérité.
17h17: (à 1 km de l'arrivée): La flamme rouge pour Boonen!! Il peut savourer.
17h16: (à 2km de l'arrivée): Il y a eu beaucoup de casse à l'avant, mais Tom Boonen est resté devout. Il tire toujours la langue et aborde le denier secteur pavé dans Roubaix. Une formalité avant le vélodrome. Pour lui, c'est presque fait.
17h13: (à 3 km de l'arrivée): Boonen est en train de tous les mettre sur le pavé! Quel final! Le Belge accentue son avance sur Pozzatto et file vers une troisième victoire. Il va défendre sa victoire comme un grand. 27 secondes d'avance.
17h10: (à 6 km de l'arrivée): L'écart augmente! 16 secondes maintenant! Boonen fonce sur les côtés de la route pour profiter au maximum d'un terrain roulant. Un peu plus loin, à 2 minutes Sylvain Chvanel va chercher une place d'honneur avec Haussler.
17h07: (à 8 km de l'arrivée): C'est un vrai contre la montre entre les deux coureurs, Boonen et Pozzatto. A part une mauvaise surprise à un passage à niveau, on ne voit pas comment la victoire pourrait échapper à l'un des deux. 13 secondes d'écart pour l'instant.
17h03: (à 11 km de l'arrivée):  Quelle course poursuite entre Boonen et Pozzatto! En fait, l'Italien de l'équipe Katyusha a été gêné par la chute de Flecha et Hoste. C'est pour ça qu'il est derrière. Mais les sifflets du public semblent l'avoir piqué dans son orgueil.
17h00: (à 13 km de l'arrivée): Lamentable. Le public belge hue Filippo Pozzatto et lui balance de l'eau. Tout ça parce qu'il est très costaud et qu'il est le seul à pouvoir priver Boonen d'une troisième victoire dans Paris-Roubaix. 10 secondes d'écart entre les deux hommes.
16h58: (à 15km de l'arrivée): Encore une chute! C'est Hushovd cette fois! Il laisse Boonen tout seul en tête. Et Pozzatto revient derrière, tout seul.
16h56: (à 16km de l'arrivée): Chute à l'avant! Flecha et Hoste sont à terre juste avant le Carrefour de l'Arbre. Pendant ce temps Hushovd et Boonen se sont fait la belle. Mais où est Pozzatto?
16h54: (à 17km de l'arrivée): Attaque de Flecha à l'avant! L'Espagnol de la Rabobank, recouvert de pansements, semble incontrôlable. Mais derrière, Hoste le ramène dans le groupe.
16h50: (à 19km de l'arrivée): Tom Boonen nous fait une Nadal avec son cuissard. Il remet tout le matériel en place pour être à l'aise. Vous à vélo, vous pédalez avec ou sans caleçon?
16h46: (à 22km de l'arrivée): On peut le dire, la course se jouera entre les six hommes de tête. Flecha a l'air de bouillir sur son vélo. Pozzatto prend des conseils auprès de son directeur sportif. C'est tendu à l'avant!
16h42 (à 24km de l'arrivée): Sincèrement maisencore, vue la forme de l'ami Boonen aujourd'hui, il aurait déposé Chavanel à la pédale sur les pavés. Nous, on met une petite pièce sur lui à 24 bornes de la fin. Et vous? Vous voyez qui?
16h37: (à 27km de l'arrivée): Crevaison pour Tom Boonen! Mais personne ne l'attaque. Entre Belges, on se respecte visiblement. Le leader de Quick Step revient à l'avant tranquillement. C'est peut-être juste une tactique pour changer de vélo en fait...
16h35: (à 29km de l'arrivée): Pauvre Fred Guesdon... Il crève à nouveau et fait l'effort pour revenir dans le groupe de poursuivants. Une belle journée galère pour le dernier vainqueur français.
16h31: (à 31km de l'arrivée): Notre correspondant à Roubaix nous annonce que c'est une moto de la gendarmerie qui a fait un tout droit tout à l'heure. Il y aurait dix blessés dont trois graves.
16h26: (à 34km de l'arrivée): Ca carbure fort devant avec les Silence Lotto qui aident Tom Boonen à creuser l'écart. 45 secondes d'avance pour le groupe de tête sur celui de Chavanel. On va devoir s'y résoudre, les Français ne gagneront pas Paris-Roubaix cette année (encore...)
16h22: (à 37km de l'arrivée): On traverse actuellement un secteur cher à Gilbert Duclos-Lassale qui a bâti ses deux succès sur ce secteur. Une autre époque, où on courait sans casque et avec des maillot improbables.
16h20: (à 39km de l'arrivée): Six hommes en tête à 40 bornes de la fin. Hushovd, Hoste, Van Summeren, Boonen, Flecha et Pozzato. La victoire pourrait bien se jouer entre ces hommes à la pédale.
16h15: (à 43km de l'arrivée): On s'attaque à l'avant! Boonen ne tient pas en place. Les Saxo Bank ont été surpris, Cancellara en tête. Guesdon est aussi piégé. 20 secondes de retard entre les deux groupes de tête.
16h08: (à 46km de l'arrivée): Une minute de retard pour George Hincapie et ses belles lunettes-mouches, présent dans le deuxième peloton. Ce sera dur de revenir à 46 km de l'arrivée. A l'avant Haussler paraît facile. L'Allemand est écoeurant parfois. Il ne faudrait pas qu'il fasse trop le malin parce que Boonen a l'air énervé.
16h05: (à 49km de l'arrivée): Et l'attaque de Chavanel! Qui est immédiatement ramené à la raison. On a un regroupement à l'avant avec une vingtaine de coureurs.
16h02: (à 51km de l'arrivée): Attaque de Boonen!! Le Belge accélère et revient sur le groupe Flecha qui comptait une quinzaines de secondes d'avance. C'est très difficile de suivre pour Cancellara.
15h58: (à 53km de l'arrivée): Pas de souci, Chavanel est dans le coup. Il était distancé tout à l'heure sur un coup de bordure.
15h54: (à 56km de l'arrivée): Attaque à l'avant avec Flecha Quinziato et Haussler notamment! Mais les Quick Step roule en force derrière. Quoi qu'il arrive, le groupe de tête s'amincit de plus en plus. Mais où est Sylvain Chavanel?
15h47: (à 61km de l'arrivée): Il n'y a plus d'échappés à l'avant. Le peloton vient d'effectuer la jonction avec les fuyards du matin.
15h45: (à 62km de l'arrivée): Oh! Une moto file tout droit dans le public! Il y a l'air d'avoir des blessés. Une dame est à terre. Espérons que ce ne soit pas trop grave. Ca roule vite à cet endroit, à Orchies, entre deux secteurs pavés.
15h42: (à 64km de l'arrivée): Les Saxo Bank font tout exploser! Sous l'impulsion de Cancellara et Ljungqvist, la tête du peloton se réduit à une vingtaine de coureurs. Ca y est, la course est en train de vraiment se décanter.
15h40: (à 66km de l'arrivée): Un coup dur côté français. La blessure de Romain Feillu sur chute. Il souffre du poignet annonce son directeur sportif, Emmanuel Hubert. Mais il n'a pas de fracture.
15h36: (à 69km de l'arrivée): Encore un beau salto dans le peloton de deux coureurs. Cette fois, c'est à cause d'un îlot directionnel. C'est quand même bête de tomber sur Paris-Roubaix ailleurs que sur les pavés.
15h30: (à 72km de l'arrivée): La crevaison d'Hincapie! Boassen Hagen l'attend. C'est l'un des grands favoris de la course. Mais c'est aussi un poissard. On se souviuent de sa chute il y a deux ans, lorsqu'il avait cassé son cadre et avait chuté lourdement sur les pavés. A priori, il reviendra sans problème.
15h25: (à 74 km de l'arrivée): Visiblement Fred Guesdon n'est pas content! Il a des ennuis mécaniques. Sinon, c'est au tour d'une moto de partir en dérapage. Les pavés font mal à tout le monde aujourd'hui.
15h20: (à 77km de l'arrivée): Ca devient de plus en plus tendu à l'avant. Après les ravages de la trouée d'Arenberg, tous les favoris sont plus ou moins réunis dans un groupe de poursuivant. Steijn Devolder vient de subir une crevaison. Dommage pour lui, il va trimer pour revenir.
15h12 (à 83km de l'arrivée): Il y a des groupes un peu partout. Mais globalement, tous les leaders sont dans le coup. A l'avant, toujours 10 coureurs, dont Servais Knaven, Andreas Klier et un Français, Steve Chainel. Avec 1'38 d'avance. Autant dire, rien du tour.
15h03: (à 89km de l'arrivée): La course est complètement désorganisée... La trouée a fait beaucoup de dégâts. Cancelarra, Haussler, Boonen ou Flecha ont l'air tranquilles. Pendant ce temps-là, certains sont encore en galère dans Arenberg où il y a un embouteillage...
15h00: (à 92km de l'arrivée): Et encore une chute massive au sein du peloton! Ils sont une vingtaine à terre à nous faire une Philippe Gaumont! Dans les bois, la route semble glisser.
14h58 (à 92 km de l'arrivée): Ca y est, le peloton s'immisce dans la trouée d'Arenberg. Un lieu mythique de cette course. Le vainqueur de Paris-Roubaix est forcément bien placé à ce moment là.
14h53 (à 96 km de l'arrivée): Martin Maaskant était dans la chute! C'est l'un des favoris. Il était 4e l'an dernier. Ses coéquipiers sont là pour le ramener dans le peloton. Mais à 2 km de la trouée d'Arenberg, c'est pas la meilleure chose qui pouvait lui arriver.
14h50 (à 98 km de l'arrivée): Oh la chute massive! Il y a des vélos de partout, des cuissards déchirés et des coureurs au sol. Au moins une trentaine de coureurs. Sur un passage assez humide sur les pavés, ils sont tous partis à terre dans le peloton. Impressionnant, mais apparemment, il n'y a pas de casse.
14h46 (à 100 km de l'arrivée): Ca roule fort à l'avant du peloton avec Arvesen. Le pauvre Offredo est repris. 
14h40 (à 104 km de l'arrivée): Moins de 10 bornes avant la tranchée d'Aranberg!! La tête du peloton est très nerveuse. Pour jouer la gagne, mieux vaut être bien placé dès ce passage clé.
14h36 (à 106 km de l'arrivée): Mais? Oui, c'est bien lui! Sylvain Chavanel tente de s'extirper du peloton. On ne va pas appeler ça une attaque, mais une tentative d'accélération. Le peloton le reprend immédiatement, avec trois compères qui voulaient aussi se faire la malle.
14h34 (à 108 km de l'arrivée): On est médisants... Le jeune Offredo a eu un souci mécanique. Pas de défaillance pour le moment.
14h26 (à 113 km de l'arrivée): L'écart contine de fondre entre le groupe de 11 et le peloton; d'ailleurs, ils ne sont plus que 10 puisque Yohann Offredo est décroché. On parle d'un élève à Science Po quand même. Il est peut-être plus doué pour les études que pour le vélo.
14h20 (à 117 km de l'arrivée): Pas besoin d'être mécano chez Bianchi ou Shimano pour voir que Paris Roubaix est la course où on voit apparaître de drôles d'innovations. Des vélos à quatre poignées de frein ou des mini suspension au niveau des fourches, des roues profilées. Joli matos.
14h13 (à 121 km de l'arrivée): C'est terminé pour l'ami Elmiger, qui abandonne après sa chute. On a aussi vu Popovich partir dans le décor. Mais sans frais apparemment.
14h06 (à 126 km de l'arrivée): Tous les supporters de Sylvain Chavanel peuvent se rasseoir. Le Français de la Quick Step est de corvée de bidons. C'est mauvais signe.
14h02 (à 130km de l'arrivée): Que ceux qui nous rejoingent se rassurent, la course est déjà bien lancée. Alors que les Silence Lotto assurent le train en tête du peloton, on a déjà eu droit aux premières chutes. Martin Elminger pédale avec la fesse ensanglantée. C'est dur pour le leader de l'équipe Ag2R. On voulait de la pluie et de la boue, on a du sang...
14h00 (à 132 km de l'arrivée)  Bon alors, est ce que vous croyez en Sylvain Chavanel? Le Français est en grande forme, mais il est dans l'équipe de Boonen et Devolder. Pas le top quoi. Sinon, côté français, vous voyez qui sortir du lot. Guesdon encore une fois? Mathieu Ladagnous? David Bouchet? Dites nous tout...
13h55 (à 135km de l'arrivée): Les premiers secteurs pavés ont été abordés. On en est déjà au secteur numéro 23. Onze coureurs à l'avant dont les Français Yohann Offredo et Steve Chainel. Il y a aussi un certain Andreas Klier à l'avant, de l'équipe Cervelo. Pour l'instant, l'écart avec le peloton est de 4 minutes, sachant qu'il y a deux coureurs intercalés.
13h50: C'est la 107 édition de ce qu'on appelle «l'enfer du Nord». Un petit point météo après presque trois heures de course. Le ciel est bas et lourd, mais il ne pleut pas encore. Tant mieux pour les coureurs. Oui, vous aimez la boue et la pluie mais il faudra attendre un peu. Pas de souci, ça va venir. Il y aura aussi des chutes et des crevaisons. Que du bonheur.
13h45: Bonjour à tous! Bienvenue sur 20minutes.fr pour un live cyclisme. Eh oui, ce n'est pas une première, mais c'est assez rare sur 20minutes. Donc, cela demande quelques aménagements. Pour vous aussi d'ailleurs. Si vous êtes du coin, n'éhitez pas à jouer les Jean-Paul Ollivier en nous présentant les clochers, chateaux et ponts que croiseront les coureurs. Mais surtout, le plus important, les secteurs pavés. Ca va secouer sur la route aujourd'hui!

A quoi pensera-t-il lorsqu'il s'élancera sur les pavés de Paris Roubaix? A la victoire, c’est certain. Car Sylvain Chavanel, le Français de la Quick Step, fait partie des favoris de la «dure des dures», qui serpente dimanche sur les pavés du Nord.

Dans une course dont les 106 premières éditions ont été remportées pour moitié par des Belges, le natif de Châtellerault fait partie des outsiders les plus crédibles. «C’est un guerrier, qui se plaint rarement. Il est fait pour ce genre de courses», assure Alain Deloeil, le directeur sportif de Cofidis, qui a eu Chavanel sous ses ordres de 2005 à 2008.

«Le coureur le plus doué de France»


Depuis Frédéric Guesdon en 1997, aucun Français n’est pourtant sorti vainqueur du Vélodrome de Roubaix. «C’est le coureur le plus doué de France. Pour moi, il fait partie des trois favoris. Le problème, c’est que les deux autres sont de son équipe. Et à la Quick Step, c’est Boonen n° 1, Devolder n° 2, et Chavanel en 3», souligne Jean-René Bernaudeau, le boss des Bouygues Telecom, qui l’a lancé chez les pros.

Pour l’emporter à Roubaix, le Français devra «se retrouver tout seul devant, comme un Museeuw», selon Alain Deloeil. Parce que si le plan de Patrick Lefévère, le patron des Quick Step, se déroule sans accroc, «la victoire sera pour Boonen», assure Bernaudeau. Dans cette équipe, Chavanel ne reste qu’un recours. «Il a beau être le plus Flahute des Français, ça reste un Français chez les Flahutes…

», regrette Alain Deloeil. Un triomphe sur les pavés, et l’adoption serait en partie consommée.

Selon vous, Chavanel a-t-il des chances de l'emporter? On le vérifie dimanche dès 14 en suivant la course en live comme-sur-les-pavés sur 20minutes.fr... Soyez présents pour commenter la course et nous donner vos impressions sur l'enfer du Nord...