Le FC Nantes au pied du mur toulousain

Julien Ropert

— 

Pour une attaque aussi anémique que celle du FC Nantes, un déplacement au Stadium de Toulouse annonce tout sauf une partie de plaisir. Auteurs de seulement deux buts lors des quatre dernières journées de Ligue 1, les joueurs d'Elie Baup (17e) vont en effet devoir se frotter à la meilleure défense de France (21 buts encaissés). Un vrai challenge. « Toulouse est la copie conforme de Lille, souligne l'entraîneur nantais. Le président de Bordeaux, Jean-Louis Triaud, a dit de cette équipe qu'on a l'impression de s'écraser sur un mur quand on mène une attaque. Cela montre la force défensive de ce collectif, et sa capacité à bloquer l'adversaire. » Et face à cette forteresse imprenable, le choc frontal peut faire très mal. « Il faudra peut-être être un peu fuyant, faire de l'évitement plus que de l'affrontement, poursuit Elie Baup. Parce je pense qu'on ne passera pas en un contre un. » Une approche moins directe que celle qu'emploient d'ordinaire ses troupes, mais bien dans la tradition de la maison jaune. Et qui semble en l'occurrence la seule solution viable pour ramener quelque chose de la ville rose.

Car il y a urgence. Avec un seul point d'avance sur la zone rouge, Nantes ne peut plus se permettre de musarder. « Il reste huit matchs, rappelle Frédéric Da Rocha, de retour de suspension. On est pratiquement au plus bas, donc c'est à nous d'aller chercher des points. » Pour ce faire, au-delà des schémas tactiques, les Canaris devront surtout faire preuve d'une discipline et d'une solidarité sans failles. D'où une petite mise au point de l'entraîneur nantais, cette semaine, sur le chapitre des retards. Une initiative que Frédéric Da Rocha ne peut qu'approuver : « S'il y a un peu de rigueur à l'extérieur, il y en aura peut-être un peu plus sur le terrain. » Pour autant, Elie Baup ne remet pas en cause les efforts d'un groupe qu'il dit concerné par l'opération maintien : « Les joueurs restent là cinq heures par jour. Hier soir, ils étaient tous réunis pour manger ensemble et voir les matchs de Ligue des champions. Le temps passé au club, l'investissement y est. Il n'y a aucun joueur qui a fauté sur le plan de l'exemplarité. Même si on peut tous en faire un peu plus. » ■