« Je savais qu'il y aurait des hauts et des bas »

Recueilli par Sandrine Dominique

— 

Comment vivez-vous votre situation de joker de luxe ?

Je n'aime pas trop ce nom de joker. Mais je vis très bien ma situation. Je ne suis pas titulaire mais quand je rentre j'essaie d'aider l'équipe. Et je suis très content qu'on gagne des matchs. Je savais que cette saison il y aurait des hauts et des bas. Mais je sais surtout que cette année me servira personnellement et que j'apprendrai énormément avec Eric Gerets.

Cela ne remet pas en question votre avenir à l'OM ?

Non, l'an prochain je serai olympien, c'est sûr à 100 %.

Le coach Eric Gerets dit que, comme Mamadou Niang, vous devez simplifier votre jeu voire faire quelques sacrifices...

J'essaie de jouer juste. Parfois pour cela il faudra que je fasse une passe, parfois que je dribble. Les sacrifices c'est pour l'équipe. Il faut jouer les uns pour les autres.

Vous avez dit que l'OM a « peut-être plus faim du titre que Lyon ». Expliquez-vous ?

Quand tu gagnes beaucoup de titres, comme Lyon, tu te relâches peut-être un peu. Même si là, ils se sont bien ressaisis après les critiques [succès 1-3 au Mans samedi]. De notre côté on a faim. On n'est pas loin et vraiment on y croit, la confiance est là. On sent qu'il y a la possibilité de faire quelque chose si on reste vigilants car tout peut aller très vite. Quatre-cinq équipes peuvent prétendre au titre.

Le fait d'être toujours en course en UEFA, vous permet-il d'évacuer la pression de la L1 ?

La Coupe d'Europe nous permet de changer d'air. Même si en fin de saison il y aura de la fatigue, on a l'effectif pour jouer sur les deux tableaux. Et puis, une demi-finale OM-PSG, ce serait bien. Surtout si on les bat une nouvelle fois !

Avant ça, il y a le Shakhtar Donetsk demain. Comment appréhendez-vous ce déplacement en Ukraine ?

Ce n'est pas évident car le trajet est long, ça va peser dans les jambes et sur le mental. Ce sera un match difficile. Même le Barça a eu des difficultés contre eux [succès du Shakhtar au Camp Nou 3-2 en phase de poule de la C1]. Nous, on est pas mal à l'extérieur. Je crois qu'il faut jouer notre jeu. Essayer de mettre un but et jouer le match pour le gagner. ■