Trêve de dispersion pour le TFC

Julien Carrère

— 

Ce matin, pour le dernier entraînement avant d'aller défier Caen, demain, Alain Casanova aura vingt joueurs à disposition pour la première fois depuis presque deux semaines. Privé de huit internationaux partis rejoindre leurs sélections (Gignac et Carrasso avec les Bleus, Capoue, Sissoko et M'Bengué avec les Espoirs, Braaten avec la Norvège, Larsen avec le Danemark et Mansaré avec la Guinée), l'entraîneur toulousain a été obligé de convier une dizaine de joueurs du centre de formation pour avoir suffisamment de présents aux entraînements. « Je n'aime pas ces périodes où les joueurs partent en sélection, car on a l'impression que l'effectif se démobilise », avoue le technicien.

Difficile effectivement de travailler tactiquement quand la moitié de l'équipe n'est pas là. Difficile aussi pour ceux qui rentrent de sélection de se replonger de suite dans le bain de la L1. « C'est très dur de récupérer les joueurs la veille du match et de préparer la rencontre tactiquement et mentalement », confirme Casanova. « Ce n'est pas évident de s'entraîner pour un match avec autant d'absents, mais André-Pierre Gignac, par exemple, en a profité pour accroître encore sa confiance et à la fin, c'est aussi bénéfique pour nous », tempère Mathieu Berson, qui remplacera l'international Espoir Etienne Capoue, suspendu. Avant d'aller défier Caen, la seule équipe qui s'est imposée à Toulouse cette saison (0-1), les Toulousains ont donc fait comme toutes les autres équipes qui ont des internationaux : les regarder à la télévision en espérant qu'ils brillent. Ils n'ont pas été déçus, puisque Larsen a inscrit trois buts en deux matchs avec le Danemark, pendant que Sissoko en inscrivait deux en autant de rencontres. Le TFC en profitera-t-il ? ■