Les Dogues ont les crocs, mais ne veulent pas le dire

— 

Ah, le bel exercice de langue de bois... Plantés à quatre points de la tête, les Lillois ne se sentent pas concernés par la course pour le titre. « Tout le monde espère, oui... Mais si on commence à penser comme ça, on va s'enflammer et faire n'importe quoi », prévient Rio Mavuba, le capitaine, appelé en Bleu cette semaine. Evidemment, c'est une posture. Et la franchise d'Adil Rami a vite fait de brûler cette prudence. « On laisse faire le destin. Quatrième, ce serait la pire des places », lâche le défenseur lillois, l'autre sélectionné du groupe. En creux, ça dessine l'objectif du Losc : rien de moins que le podium. Dans ces moments-là, le pompier Rudi Garcia douche tout le monde. « On a perdu à Auxerre, à Valenciennes... A Nantes, il faudrait qu'on soit prêts, dans l'investissement, à battre une équipe moins bien classée que nous. Ce qu'on avait réussi à faire à Caen (0-1). » C'est son travail de coach. Refroidir les enthousiasmes, mais aiguiser les crocs. « Il reste encore un quart du championnat, donc pour moi, ce n'est pas encore le sprint final. Mais ce serait quand même bien qu'on soit à bloc jusqu'au bout. » ■ à Lille, Antoine Maes