Le Racing veut continuer de produire ses succès en série

Floréal Hernandez

— 

Tout l'hiver, Jean-Marc Furlan a voulu « faire une série ». Et il en a eu une... faite de nuls et de défaites. Mais depuis quatre journées, la tendance s'est inversée avec quatre succès consécutifs. Le changement est venu de derrière : une base défensive plus solide et un seul but encaissé depuis la 26e journée. « C'est un état d'esprit, explique le latéral gauche Jean-Alain Fanchone. Ce n'est pas uniquement les quatre défenseurs qui font bien leur travail, c'est toute l'équipe, de l'attaquant au gardien. »

Placé aux avants postes, le Brésilien Marcos confirme : « On est plus concentrés. Avant, on prenait les choses un peu trop facilement. Tout le monde s'est remis dedans et il y a une vraie solidarité. » Cette unité a permis au RCS de revenir au score face à Bastia (1-1), contre Brest (2-2), à Vannes (2-2) et même de doubler Troyes (1-2) dans les dernières minutes, le week-end passé. Du coup, le Racing est devenu l'équipe la plus performante sur les neuf dernières journées (18 points). « Si on tient ce rythme, on ne sera pas loin de nos objectifs », avance Jean-Marc Furlan.

Nanti d'un « surcroît de confiance » grâce à la victoire décrochée dans les derniers instants dans l'Aube, les Strasbourgeois et leur entraîneur se méfient de la réception des Ajacciens. « Ils ont gagné à Lens et Angers. Ça fait flipper », lâche le coach du RCS. Comme les Ciel et Blanc, les Corses, 11es, sont en pleine bourre : trois victoires et quatre nuls lors des sept dernières journées de Ligue 2.

« Le souci sera de contourner leur bloc. Ce sera très compliqué, estime Furlan. J'espère qu'on conservera notre réussite. » Marcos, passé par Ajaccio l'an passé, s'attend à une rencontre « difficile » mais pas cadenassée : « Ce sera ouvert car ils ont besoin d'une victoire et aiment bien jouer l'attaque. » Pour le Brésilien, le trio offensif ajaccien Cheick Diabaté (11 buts), Stéphane Darbion (8 buts) et Julien Viale (7 buts) est à surveiller comme le lait sur le feu. En raison du sommet de l'Otan, la rencontre a été décalée du vendredi au dimanche. Jean-Marc Furlan attend beaucoup des supporters présents (gratuit pour les femmes). « On a besoin du public pour évoluer dans un climat de confiance. Lors de la 22e journée, les garçons avaient réussi à chahuter Brest dans une ambiance négative. Alors avec le stade derrière nous, ils peuvent soulever des montagnes », prédit l'entraîneur. ■