Un trio champion du monde

CYCLISME SUR PISTE Premier titre pour la France en Pologne...

M. Go. avec agence

— 

Les trois pistards membres de l'équipe de France de vitesse par équipe, Grégory Baugé, Kevin Sireau et Mickaël Bourgain, aux Jeux de Pékin le 15 août 2008.
Les trois pistards membres de l'équipe de France de vitesse par équipe, Grégory Baugé, Kevin Sireau et Mickaël Bourgain, aux Jeux de Pékin le 15 août 2008. — S.rellandini/REUTERS

La première médaille française aux championnats du monde est du plus beau des métaux. Mickaël Bourgain, Grégory Baugé et Kevin Sireau ont remporté au nez et à la barbe des Anglais la finale des mondiaux de vitesse par équipes à Pruszkow mercredi soir.


Les champions olymiques terrassés


La tradition est donc respectée. Depuis 2006, la finale mondiale oppose systématiquement la France et la Grande-Bretagne avec un dénouement toujours favorable aux Français. Une belle performance. Car, depuis quelques années, la nation forte de la piste reste la Grande-Bretagne. En août, les Britanniques avaient survolé l'épreuve de vitesse aux JO de Pékin devant les Français.


Mais, sans leur star Chris Hoy, forfait pour les mondiaux, le trio britannique (Staff, Kenny, Crampton) a été à la peine mercredi sur la piste polonaise. Les champions olympiques se sont inclinés de 35 centièmes, une marge importante à ce niveau. En finale, Baugé a pris le dessus sur son homologue (16 centièmes), un avantage maintenu par Sireau (15 centièmes) avant que Bourgain creuse l'écart. Grégory Baugé, 24 ans, l'élément de base au poste de démarreur, a remporté son quatrième titre mondial depuis 2006 dans cette épreuve.


Mickaël Bourgain, 28 ans, a enlevé pour sa part son troisième titre mondial dans la vitesse par équipes après ceux de 2006 et 2007. Il s'agit de la première couronne mondiale pour Kevin Sireau, 21 ans, qui a rejoint l'équipe en 2008. Pour la finale, les responsables français ont fait entrer Mickaël Bourgain à la place de Michael d'Almeida (21 ans) qui était titularisé pour la première fois. Une victoire qui s'est donc construite à 4.