Les Pingouins ont réussi à sortir la tête de l'eau

— 

A onze journées de la fin du championnat, Libourne-Saint-Seurin peut toujours croire au maintien en National, et c'est déjà un exploit. Il y a peu encore, en effet, les Pingouins semblaient promis à une seconde relégation consécutive. La faute à une entame de saison catastrophique, sous le commandement du débutant Stéphane Ziani, recruté durant l'été pour remplacer Didier Tholot.

A son arrivée, l'ancien Girondin avait trouvé un effectif largement amputé par la chute en National. Confronté aux faibles moyens du club, il s'était efforcé de « recruter malin », avec des joueurs rodés aux joutes de ce championnat et quelques-uns venus des divisions inférieures. Mais l'alchimie n'a jamais pris et les résultats s'en sont ressentis : après seize journées, Libourne-Saint-Seurin pointait à la dernière place, avec seulement deux victoires au compteur, contre quatre nuls et dix défaites. En décembre, Ziani a donc été remplacé par son adjoint, Thierry Oleksiak.

L'avènement de l'ancien coach d'Aurillac a tardé à porter ses fruits. Après un léger mieux début janvier, ses protégés ont replongé et touché le fond en février en s'inclinant chez eux face à Sannois-Saint-Gratien (0-1), alors avant-dernier. Une défaite peut-être salutaire, puisqu'ils ont depuis remporté quatre de leurs six matchs. Avant de recevoir Arles (3e), vendredi (20 h), ils sont 17es et premiers non-relégables. ■