Candice Didier veut faire ses glaces

PATINAGE Candice Didier, seule représentante française, participe vendredi aux championnats du monde à Los Angeles...

Bertrand Tang

— 

La Française Candice Didier lors des championnats d'Europe de patinage artistique à Helsinki, le 23 janvier 2009.
La Française Candice Didier lors des championnats d'Europe de patinage artistique à Helsinki, le 23 janvier 2009. — REUTERS/Grigory Dukor

Au pays de Candice, tout peut sembler merveilleux. La plus jeune championne de France Elite en 2003 à 14 ans (puis à nouveau en 2004), Candice Didier a tardé à confirmer son potentiel en remportant à nouveau le titre national six ans après et en terminant quatrième au dernier Trophée Bompard. Car la 54ème mondiale est presque une anomalie dans le paysage du patinage artistique français: elle est compétitive. «Cancan» sera la seule française à défendre vendredi les couleurs de la France lors des championnats du monde à Los Angeles.

«Candice fait de très beaux programmes. Elle a une très belle présence sur la glace et des qualités techniques», remarque Eric Millot, le «Team leader» aux mondiaux.

«Un trou de génération»


Si les hommes brillent à travers Brian Joubert, le patinage féminin est toujours à la recherche d’un successeur à Surya Bonaly. Un faible niveau tricolore difficile à expliquer. «Il y a eu un trou pendant de nombreuses années. On est tributaire des générations, analyse Jean-Roland Racle, le directeur des équipes de France. La catégorie dame est une catégorie précoce. Il faut commencer très tôt et bien s’entraîner. En France, on n’est pas très pointu sur l’aménagement de la scolarité.» Candice Didier partage le même avis. «J’ai eu une expérience. J’ai mûri et je me suis aguerrie car je suis arrivée tôt. Et puis Surya Bonaly avait la niaque, sa force de caractère lui a permis de réussir», constate la native de Strasbourg, qui a débuté le patinage à six ans.

Elle a failli «arrêter le patin»


La jeune française aurait d'ailleurs très bien pu tout lâcher et a pensé à «arrêter le patin». «Stressée et anxieuse», fragile mentalement et physiquement, Candice Didier abandonne Nancy et son premier entraîneur. Installée depuis 2005 à Paris, cette étudiante en biologie a pris un nouveau départ avec l’ancienne coach de Laetitia Hubert, Katia Krier-Bayer au club des Français-Volants. Elle a repris en confiance, en partie grâce à son ami Brian Joubert qui «l’a aidée quand elle avait des problèmes, et la motive.»

Elle se retrouve maintenant à porter à bout de bras le patinage féminin tricolore à ces mondiaux américains, une compétition décisive en vue des JO 2010. «Mon objectif est de qualifier la France pour les JO et pour cela d’accrocher au minimum la 16ème place». Ambitieuse, la nouvelle Candice.