Cet OM-là ne craint personne

FOOT Les Marseillais impressionnent et assument leur statut de candidat au titre...

Jérémy Tordjman

— 

 Brandao, Civelli et Hilton célèbrent la victoire de Marseille face à nantes le 21 mars 2009. L'OM prend provisoirement la tête de la L1.
 Brandao, Civelli et Hilton célèbrent la victoire de Marseille face à nantes le 21 mars 2009. L'OM prend provisoirement la tête de la L1. — REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Qualifiés pour les quarts de finale de la coupe de l’UEFA et 2e à un point du leader, Lyon, en L1, les Olympiens ont plus que jamais relancé leur saison, après dix jours fastes. «Il y a une semaine, il y avait plein de questions autour de l’équipe. Aujourd’hui, on se rend compte que malgré les critiques qu’on a eues, et qui étaient parfois méritées, on n’est pas mal!» se réjouit le coach Erik Gerets.

 

Au-delà des résultats obtenus face au PSG (1-3, 28e journée), l'Ajax (2-2, 1/8e de l'UEFA) et contre les Nantais (2-0), c'est la manière avec laquelle ils ont été acquis qui impressionne. A Paris, l'OM a été rejoint au score juste avant la pause mais n'a pas cédé à la pression pour faire la différence en seconde période. En Hollande, les Phocéens sont allés chercher leur qualification lors de la prolongation. Enfin, ils ont dû attendre la 2e période pour l’emporter face à Nantes mais sans jamais paraître s’affoler.

 
Des remplaçants décisifs
 

Comment expliquer alors ce renouveau? D'abord, l'OM affiche un nouvel état d'esprit où le collectif prime. Chacun se met au service de l'équipe. Même les remplaçants donnent le meilleur. Pour preuve, entrés en cours de jeu, Zenden et  Ben Arfa ont fait basculer le match samedi. Ensuite, Erik Gerets est parvenu à inculquer à ses joueurs une certaine discipline tactique. Là encore, l'exemple de Ben Arfa est le plus frappant: le milieu offensif ne rechigne plus à participer aux tâches défensives.

 

Enfin, l'effectif olympien s'est élargi au mercato hivernal. Outre les recrues, Brandao et Wiltord, Cana et Niang sont revenus de blessure, alors que Zenden, Mears et Civelli, buteurs respectivement contre le PSG, l'Ajax et Nantes, ont prouvé qu'ils pouvaient être mieux que de simples remplaçants. Résultat: l'OM joue encore sur deux tableaux et affiche clairement ses ambitions. «Je suis quelqu’un qui ose le dire: je crois au titre» affirme Gerets.

Et vous qu'en pensez-vous? Quels sont les raison du renouveau marseillais? Peuvent-ils prétendre au titre?