Le Téfécé colle une grosse fessée au PSG

Nicolas Stival

— 

Le Téfécé ne fréquente pas les sommets de la Ligue 1 par hasard. Deux semaines après avoir écrasé Bordeaux (3-0) dans leur antre du Stadium, André-Pierre Gignac et ses coéquipiers ont concassé hier soir Paris, un autre gros du championnat (4-1). Grâce à cette victoire, les Toulousains (4es) reviennent à égalité de points (52) avec les joueurs de la capitale (6es). Ils les précèdent au classement grâce à une meilleure différence de buts (+16 contre +9).

Dominateurs dans tous les secteurs de jeu, conduits par un milieu de terrain souverain (Sissoko, Capoue et Didot, l'homme du match), les Violets ont également tiré profit de leur fraîcheur physique. Les deux jours de repos de différence entre Toulouse, vainqueur de Lille en Coupe de France mardi, et Paris, tombeur des Portugais de Braga jeudi en UEFA, ont visiblement compté.

Le latéral droit de Paris, Ceara, très utilisé cette saison et catastrophique hier, peut en témoigner. Le Brésilien a oublié de marquer Bryan Bergougnoux sur le premier but toulousain (6e, 1-0) et n'a pu s'opposer au récital Bergougnoux-M'Bengue sur son côté, conclu par un centre en retrait de ce dernier pour l'inévitable Gignac (39e, 2-0). Pour inscrire sa 18e réalisation (toutes du droit) cette saison, le meilleur buteur de L1, nouvel appelé en équipe de France, a pu aussi compter sur la fébrilité de Larrys Mabiala. Défenseur axial en compagnie de Traoré, en l'absence de Camara (suspendu) et Sakho (blessé), le jeune de 21 ans a d'abord souffert pour sa première titularisation en championnat. Avant de se rattraper après la pause, avec une tête sur la transversale (58e), puis un but à bout portant, suite à un coup franc de Rothen dévié par Traoré (70e, 3-1).

Le Téfécé avait alors baissé de pied, se contentant de gérer un avantage conséquent acquis juste avant la mi-temps, grâce à une reprise de Sissoko seul à l'entrée de la surface sur un corner de Didot (3-0, 45e). Vexés, les Violets ont de nouveau appuyé sur l'accélérateur après la réduction du score parisienne. Idéalement lancé par Capoue, le très percutant Braaten trompait Landreau (4-1, 81e). Les 31 327 spectateurs du Stadium pouvaient chanter. Leurs favoris ont prouvé qu'il faudrait compter sur eux dans la course à la Ligue des champions. ■