Revivez Braga-PSG en live comme-à-la-maison sur 20minutes.fr

PK

— 

Stéphane Sessegnon, du PSG, lors du match de Coupe de l'UEFA contre Braga, le 12 mars 2009 au Parc des Princes.
Stéphane Sessegnon, du PSG, lors du match de Coupe de l'UEFA contre Braga, le 12 mars 2009 au Parc des Princes. — REUTERS/Charles Platiau

L'avant-match

Et si ce maigre 0-0 récolté face à Braga au Parc des Princes était finalement une bénédiction? Obligés de marquer, les Parisiens, souvent plus dangereux à l’extérieur, ne pourront pas jouer à l’économie, et souffler un peu dans un calendrier démentiel.

Après la déconvenue marseillaise, et avant un nouveau choc face à Toulouse dimanche, Paul Le Guen a donc décidé de tirer un peu plus sur la corde de titulaires sur les rotules, à l’image du Brésilien Ceara, ombre du latéral intraitable du début de saison. Paul Le Guen parie donc sur la capacité de son groupe à rebondir après une désillusion. Message compris 5 sur 5 par Mateja Kezman qui pourrait avoir sa chance. «Ce ne sera pas facile de rebondir après la défaite face à Marseille, mais nous l’avons déjà fait après Bordeaux, a expliqué le Serbe sur le site internet du club. A Braga une victoire ou même un match nul 1-1 ou 2-2 peut suffire à se qualifier pour le prochain tour.»

Pour dynamiser le groupe, et reposer Hoarau, Giuly et Makelele, l’entraîneur parisien pourrait tout de même faire débuter l’attaquant serbe, ainsi que Chantôme, pourtant peu décisif cet année, et Fabrice Pancrate. Avec un impératif, retrouver l’état d’esprit qui a fait la force du club de la capitale. «Il va falloir défendre et attaquer à onze comme nous avions l’habitude de faire, rappelle Claude Makelele. Nous l’avons peut-être négligé depuis peu. Il faudra se baser sur ces qualités-là et toute l’équipe doit en être consciente.» La poursuite du parcours européen du PSG est à ce prix. Pour ne pas gâcher toutes ses chances de trophée cet saison en une semaine.