Le TFC sort les crocs pour éliminer les Dogues

Nicolas Stival

— 

Erreurs techniques à foison, cartons à gogo (onze au total) et arbitrage aléatoire : présentée comme le point d'orgue des quarts de finale de la Coupe de France, la rencontre entre le TFC et le Losc, 5e et 6e de L1, a longtemps ressemblé à un nanar. Avant de s'animer, enfin, au cours des prolongations, conclues par une séance de tirs au but remportée par le TFC (1-1 a.p., 7 t.a.b. à 6). Toulouse accède ainsi au dernier carré de la vénérable compétition, pour la première fois depuis la saison 1984-1985.

Pour ce tour de Coupe coincé entre deux journées de championnat, l'entraîneur toulousain, Alain Casanova, et son homologue lillois, Rudi Garcia, avaient choisi de faire tourner leur effectif dans les mêmes proportions : cinq changements par rapport au dernier match de L1. Mais si le premier a finalement aligné ses vedettes, Cédric Carrasso (un temps incertain) et André-Pierre Gignac (pressenti comme remplaçant), le second a fait débuter Rio Mavuba et Michel Bastos sur le banc. Avant d'entrer en deuxième période, le capitaine et le principal atout offensif du Losc ont donc assisté en spectateurs à une première mi-temps navrante.

Seul l'arbitre Tony Chapron a vraiment fait le spectacle en expulsant coup sur coup le Nordiste Ludovic Obraniak (32e,) pour des mots déplacés à son égard, puis (peut-être pour compenser) le Sudiste Alexandre Bonnet (36e), coupable d'un tacle par derrière sur Ludovic Obraniak. Le directeur de jeu devait récidiver à la 86e minute, en distribuant un deuxième avertissement pour contestation au Lillois Yohan Cabaye. Avant ce troisième carton rouge, la partie s'était à peine égayée, avec une frappe du même Cabaye bloquée par Carrasso (56e) côté visiteur, et surtout un tir de Gignac boxé par Ludovic Butelle pour les locaux (66e). Faute de vainqueur à la fin du temps réglementaire, les « réjouissances » se sont poursuivies pendant trente minutes de prolongations. Le Brésilien Bastos a cru donner la victoire aux Lillois - à neuf contre dix Toulousains - d'une jolie frappe du gauche de 25 m (0-1, 105e), mais son compatriote et coéquipier, Emerson, pressé par l'attaquant du TFC Xavier Pentecôte, marquait contre son camp cinq minutes plus tard (1-1, 110e). ■