Le RCS inverse la pression et se relance

— 

Avec bulles mais sans pression. Au lendemain de sa victoire à Nîmes (0-2), le Racing a établi son camp de base au Grau-du-Roi pour un mini-stage de deux jours de « régénération » avec de la thalassothérapie au programme. L'occasion de relâcher la pression qui entoure le club dans sa course à la remontée dans l'élite. Car le succès acquis dans le Gard l'a été en connaissant les résultats de ses concurrents directs. Aller chez le dernier sachant que Metz et Montpellier avaient perdu interdisait un quelconque raté.

La pression a été nîmoise aussi avec trois corners dans les deux premières minutes. Si elle a été plus alternative ensuite, les piqûres de rappel étaient bien aiguisées. « On a répondu présent, se réjouit Jean-Marc Furlan. En fin de match, l'équipe était obsédée par le fait ne pas encaisser un but. » Une satisfaction car c'est le deuxième match d'affilée où Stéphane Cassard et sa défense rendent une copie propre. L'entraîneur bas-rhinois avoue s'être plus attaché au résultat que véritablement au contenu de la rencontre.

Deux Strasbourgeois étaient particulièrement surveillés, lundi soir, Boubacar Kébé et Franck Dja Djédjé titularisés après la blessure d'Emil Gargorov et la suspension de Yassine Bezzaz. « Leur activité a été importante, note Jean-Marc Furlan. Sur le plan offensif, ils ont été à la hauteur de ce que j'espérais. Ils ont été créatifs. Par contre défensivement, ils doivent franchir un palier. » Mais le problème défensif ne concerne pas seulement que Kébé et Dja Djédjé, c'est toute la première ligne qui a été prise en défaut. Le duo Renaud Cohade - Guillaume Lacour en a été quitte pour colmater les brèches.

Lundi prochain, le RCS se retrouvera dans les mêmes conditions que face à Nîmes, il connaîtra les performances de ses adversaires pour la montée. Le seul changement, ce n'est pas la lanterne rouge que les Strasbourgeois affronteront mais le deuxième de Ligue 2, Angers, une formation qui les avait laminé à l'aller (3-0). Une toute autre pression. ■F. H.