Aulas: «Surclassé par le Barça»

FOOT Après la correction subie à Barcelone (5-2), les Lyonnais dressent un premier constat...

R.S.

— 

Les joueurs du Barça (au fond) fêtant leur but devant les Lyonnais (en jaunes), battus 5-2 au camp Nou le 11 mars 2009.
Les joueurs du Barça (au fond) fêtant leur but devant les Lyonnais (en jaunes), battus 5-2 au camp Nou le 11 mars 2009. — REUTERS

Le match vient à peine de se terminer. Et déjà, il doit faire face. Lorsque les premiers micros se tendent à lui dans les couloirs du Camp Nou, Jean-Michel Aulas ne peut masquer son dépit: «Il y a la déception d'un club qui, ce soir, a été surclassé par le Barça. Mais c'est aussi la traduction que le football d'élite français n'est pas du tout à la hauteur de ses concurrents étrangers.»



Rarement le président de l’OL ne s’était livré à un tel constat d’échec. Selon lui l'écart de niveau relevé contre le Barça est en partie le résultat de la politique insuflée par «les dirigeants du foot français», tournée vers «l'égalitarisme» et non «vers l'élite».

«Même pas de déception»


Conscient de l’humiliation que vient de subir son équipe face au Barça, il laisse à son coach le soin de sauver la face. Claude Puel met ainsi en avant la supériorité de l’adversaire, plus que la médiocrité de son équipe. «Il faut féliciter Barcelone. Cette équipe nous a mis sous l'éteignoir et nous avons eu beaucoup de mal à deserrer cette étreinte. Nous sommes tombés sur plus fort que nous. Il y avait matière à faire mieux en première période. Le Barça nous a étouffé avec la circulation de ballon qu'on lui connaît.»



Le refrain est sensiblement le même du côté des joueurs, qui attendront peut-être quelques jours, ou quelques semaines, pour se remettre en question. Pour Cris, «il n’y a même pas de déception» après cette élimination. «Nous savions que Barcelone nous était supérieur. Nous avons tout fait pour être au niveau mais Barcelone était plus haut que nous. C'est cela la différence. Nous savions que ce serait difficile de revenir en seconde période. Ils ont maîtrisé la rencontre après avoir inscrit quatre buts. Ils ont évolué en confiance».



Grosso toujours optimiste

Pour Fabio Grosso, baladé par Messi pendant 90 minutes, il y a même du bon à retenir de ce cinglant 5-2 encaissé au Camp Nou. «Il n'y a pas grand chose à dire, mais tout le monde a vu que nous n'avons pas livré une bonne première période. C'était très difficile contre une super équipe. Nous sommes rentrés au vestiaire à la mi-temps en nous disant qu'il fallait proposer autre chose. Il fallait quand même essayer de jouer. Nous sommes tombés sur une très grande équipe. Nous avons montré en seconde période un autre visage qu'en première.» Si cela peut aider Lyon à espérer encore une année supplémentaire…