L'Euro, ce sera sans l'Italie

FOOT La France officiellement candidate à l'Euro 2016...

— 

Le secrétaire d'Etat aux Sports, Bernard Laporte, estime "qu'on en fait trop" en transformant en affaire d'Etat les sifflets contre la Marseillaise du 14 octobre au Stade de France avant France-Tunisie.
Le secrétaire d'Etat aux Sports, Bernard Laporte, estime "qu'on en fait trop" en transformant en affaire d'Etat les sifflets contre la Marseillaise du 14 octobre au Stade de France avant France-Tunisie. — Eric Piermont AFP/Archives

La polémique a été enterrée à peine allumée. La France est bien candidate à l’organisation de l’Euro 2016, et ce sera sans l’Italie, un temps évoqué pour une co-organisation.

«Bien sûr que nous y allons seul», assure Bernard Laporte, pourtant défenseur de la cause italienne. «Si la France n’est pas capable d’organiser toute seule l’Euro, nous avons du souci à se faire.» Une remarque qui vient donc de frapper le secrétaire d'Etat aux Sports, qui expliquait en début de semaine qu’il voulait bien partager si c’était pour gagner. Le nouveau leitmotiv est maintenant: «Que le meilleur gagne.»

«Profitons de cet objectif pour se mettre à jour aux niveau de nos stades»

Principal écueil à la candidature française: l’état archaïque des stades, qui a déjà fait l’objet d’une commission dirigée par Philippe Séguin. «Profitons de cet objectif pour se mettre à jour aux niveau de nos stades», explique Bernard Laporte. Pour accueillir les 24 équipes de ce nouvel Euro taille XXL, l’UEFA réclame neuf stades modernes, plus trois stades de remplacement.

Aller vite

Une candidature qui serait portée par Lilian Thuram, nouvel entrant au conseil fédéral.  «Ce que nous souhaitons, c’est que Lilian Thuram soit fédérateur d’un petit groupe d’homme de terrain qui ont la victoire en eux, et qui vont nous aider à gagner cette candidature.» Une main tendue vers Zinedine Zidane, le candidat de la Ligue professionnelle de football pour le rôle d’ambassadeur de l’Euro.  

 

Il faudra aller vite: il ne reste que 447 jours avant la décision finale. La prochaine étape se déroulera le 1er avril, date à laquelle l’UEFA acceptera officiellement la candidature de la France.