Colomiers plus très loin du maintien

— 

Treize points. Soit l'équivalent de trois victoires, dont une avec bonus offensif. C'est l'écart qui sépare Colomiers (14e, 40 points) de Béziers (15e, 27 points), le premier relégable, à neuf journées de la fin de la Pro D2. « C'est un matelas assez confortable », admet Roland Pujo. Selon l'entraîneur columérin, la barre des cinquante points sera synonyme de maintien. Le promu n'en est plus très loin, même s'il devrait passer des moments difficiles contre le Racing-Métro 92 et Albi, le leader et son dauphin, en visite les 14 et 21 mars.

D'ici là, Colomiers se rendra samedi à Auch (12e, 43 points). Un club que Pujo connaît bien : « J'y ai passé dix-sept ans, dont douze comme joueur », explique le Gersois, désireux « d'obtenir enfin une victoire à l'extérieur ». Jusqu'à présent, Colomiers n'a réussi qu'un nul à Lyon (9-9). Il sera privé samedi de son meilleur marqueur (six essais), l'ailier fidjien Malakai Bakaniceva, blessé à un genou. ■N. S.