Les Bleus prennent du muscle et de l'âge

RUGBY Thion, Traille et Bonnaire reviennent dans le groupe des 23 tricolores qui affrontera l'Angleterre pour le quatrième match du Tournoi...

A.P.

— 

Le XV de France affronte l'Italie dimanche (16h00) avec pour objectif d'entretenir ses espoirs de remporter le Tournoi des six nations, mais aussi de chasser les interrogations nées de la défaite face à l'Angleterre.
Le XV de France affronte l'Italie dimanche (16h00) avec pour objectif d'entretenir ses espoirs de remporter le Tournoi des six nations, mais aussi de chasser les interrogations nées de la défaite face à l'Angleterre. — Franck Fife AFP

Marc Lièvremont et le comité de sélection du XV de France font confiance aux cadres… de l’ère Laporte pour défier l’Angleterre le 15 mars à Twickenham. Les Biarrots Jérôme Thion, Damien Traille et le Clermontois Julien Bonnaire étaient tous des deux dernières victoires françaises contre le rival anglais dans le Tournoi. C’était en 2005 et 2006.

Mais ne dites pas à Marc Lièvremont qu’il privilégie l’expérience, lui, le chantre d’un certain jeunisme et des objectifs à moyen terme. «On ne regarde pas l'âge des joueurs», assure le sélectionneur. «C'est juste la logique de la forme du moment». A la cave à l’automne avec Biarritz, Traille et Thion affichent une forme de junior ces dernières semaines.

Retour aux sources pour Chabal

Poutre du pack tricolore de Bernard Laporte, Jérôme Thion amène quelques kilos (de muscles) en plus à des avants français qui en rendent quelques-uns à leurs homologues anglais. Toujours au chapitre «Je densifie mon équipe», Marc Lièvremont replace Sébastien Chabal à son poste fétiche de troisième-ligne. Titulaire ou joker, c’est un autre débat. Ce jeu de chaise musicale et le retour de Bonnaire - le patrouilleur des airs en touche ses dernières années - fait le malheur du Fulgence Ouedraogo.

Toujours titulaire sous Lièvremont, le Montpelliérain est écarté alors qu’il sort de son match la plus abouti, vendredi dernier face aux Gallois. «On l'avait dit, on tient à faire vivre ce groupe, créer l'émulation, on veut impliquer à nouveau des joueurs qui le méritent», plaide le sélectionneur qui assure que Ouedraogo, Picamoles et Poitrenaud (les deux autres oubliés) ne «sont pas écartés pour autant».

Trinh-Duc confirmé

Le retour de Damien Traille s’inscrit dans une logique de polyvalence. Centre, arrière ou ouvreur avec des fortunes diverses chez les Bleus, le Biarrot dispose du CV requis pour parer à une blessure d’un titulaire.  «C'est un luxe qu'on se paie d'avoir un joueur capable de jouer à tous les postes derrière»,  assume Emile N'Tamack, entraîneur en charge des arrières. L’homme aux sept victoires en dix matchs conte le XV de la Rose – un détail peut-être –  est surtout désigné pour suppléer François Trinh-Duc, seul ouvreur du groupe.

Précieux par sa densité physique contre les Gallois, Mathieu Bastareaud figure à nouveau dans le groupe. Jugé encore friable techniquement, le jeune Parisien n’était pourtant pas dans les petits papiers du staff en début de Tournoi. Esprit d’ouverture ou renoncement à une certaine idée de jeu, le staff tricolore a pas mal évolué depuis.  
 

Le groupe de 23

Avants (13): Faure (Sale/ENG), Barcella (Biarritz), Szarzewski (Stade Français), Kayser (Leicester/ENG), Domingo (Clermont), Marconnet (Stade Français), Thion (Biarritz), Nallet (Castres, cap), Millo-Chluski (Stade Toulousain), Harinordoquy (Biarritz), Dusautoir (Stade Toulousain), Bonnaire (Clermont), Chabal (Sale/ENG)

Arrières (10): Parra (Bourgoin), Tillous-Borde (Castres), Trinh-Duc (Montpellier), Jauzion (Stade Toulousain), Fritz (Stade Toulousain), Bastareaud (Stade Français), Heymans (Stade Toulousain), Médard (Stade Toulousain), Traille (Biarritz), Malzieu (Clermont)