Qui a dit:«La prostitution intellectuelle ne me plaît pas»

Avec agence

— 

.. Ses entraîneurs qui ont un melon gros comme ça, oui, on parle de toi, Jose Mourinho...
.. Ses entraîneurs qui ont un melon gros comme ça, oui, on parle de toi, Jose Mourinho... — Alessandro Bianchi/Reuters

 Il y a deux sortes d’après-match pour Jose Mourinho: soit il crée les polémiques comme contre l’arbitre de Ligue des Champions la semaine dernière, soit il les dénonce. Mardi c’est un Jose Mourinho en mode éructation qui s'est vivement emporté contre ceux qui discutaient un peu trop du penalty accordé à l’Inter dimanche soir. «La prostitution intellectuelle ne me plaît pas. J'aime l'honnêteté intellectuelle», a assuré le Portugais, visiblement furieux, au cours d'un point presse.

Mourinho va-t-il se mettre le Calcio à dos?


Dès la fin de cette rencontre au sommet de la Serie A, les Romains avaient vivement critiqué le penalty accordé - et marqué -  après  un contact du latéral Motta avec l'attaquant Balotelli alors que la Roma menait 3 à 1 sur la pelouse de l'Inter.  «Ces derniers jours, il y a eu une grande manipulation intellectuelle. Un travail organisé afin de manipuler l'opinion publique, a poursuivi Mourinho. Le travail fantastique d'un monde qui n'est pas le mien». Rien de tel pour motiver ses joueurs à la veille de la demi-finale aller de la Coupe d'Italie contre la Sampdoria à Gênes.

Puis, le «Special One» a dégainé sa méthode spéciale: l’ironie cinglante (comme l'ont repéré depuis longtemps les comiques portugais de Gato Fedorento quand ils imitent Mourinho jeune). «C'est du bon boulot, a ainsi insisté le technicien, parce que depuis deux jours, on n'a pas parlé de la Roma qui, avec des grands joueurs, tant de joueurs que j'aimerais avoir, terminera la saison avec zéro titre, pas plus que d'un Milan qui finira la saison avec zéro titre alors que le club a tout pour gagner, et pas davantage d'une Juventus qui a gagné beaucoup de points avec des erreurs arbitrales». De quoi bien énerver tous les autres clubs. Surtout que les instances viennent de donner partiellement raison à Mourinho en suspendant un match Luciano Spalletti, qui s'en était pris au quatrième arbitre. l'entraîneur de Rome a été reconnu coupable d'avoir adressé à l'arbitre «une expression insultante et provocante».
 

Lundi, la polémique avait notamment été alimentée par l'entraîneur de la Juventus Claudio Ranieri qui s'était déclaré solidaire de son homologue de la Roma, Luciano Spalletti. Il n’aurait pas dû.

Insultes racistes à Rome

L'AS Rome a par ailleurs été condamnée à payer une amende de 8.000 euros en raisons d'insultes racistes proférées par les supporters romains à l'encontre de l'attaquant de l'Inter d'origine ghanéenne Mario Balotelli au cours de la rencontre.