Le menhir de Créteil

HAND Après Montpellier, le club cristollien, emmené par l'expérimenté Guéric Kervadec, se déplace mardi à Chambéry en D1...

Bertrand Tang

— 

Creteil's Kervadec Gueric shoots during the french  handball championship match Creteil vs Chambery, 8 October 2008 in Creteil.

 
Creteil's Kervadec Gueric shoots during the french handball championship match Creteil vs Chambery, 8 October 2008 in Creteil.   — COLLOT / SIPA
Guéric Kervadec est un menhir du handball. A 37 ans, le champion du monde avec les Barjots en 1995, arpente toujours sur les parquets de division 1, prêt à affronter mardi Chambéry avec son club de Créteil où il est revenu en 2002. «Je me sens bien. L’envie est toujours est là», lâche l’ancien international français aux 217 sélections.

Combattant des parquets, à un poste, pivot, pourtant très exposé, le doyen de l’équipe transmet sa rage de vaincre à ses coéquipiers. «Guéric est très précieux. Il apporte son expérience dans un groupe jeune et beaucoup de sérénité», décrypte son entraineur David Peneau.

«On aborde ce match comme la Ligue des Champions»


Pour espérer vaincre Chambéry dans sa nouvelle salle du Phare, «Guérix» le Breton a sa formule magique. «On aborde ce match comme la Ligue des Champions, explique cet ancien vainqueur de l’épreuve en 2002 avec les Allemands de Magdebourg. C’est un peu une exhibition. On doit être un bloc et compact. Il faut être plus rigoureux et sérieux. Si on perd, c’est pas grave. Mais on a besoin de se retrouver et repartir avec de la certitude.» Car les Cristolliens restent sur une sévère défaite à domicile face à Montpellier (25-34) et peinent à s’élever au-delà de la sixième place en championnat.

Mais Guéric Kervadec voit plus loin. Egalement employé à la Communauté d'Agglomération de la Plaine Centrale à Créteil, il souhaite faire de sa ville une place forte du hand français. «J’ai envie de participer à l’évolution positive du club. Etre dirigeant plus tard, c’est sûr, déclare le Breton. Avec un peu plus de régularité et de professionnalisme, Créteil peut prétendre à une troisième place.»