Lens peut gonfler sa marge

— 

A ce rythme, ça deviendra vite un gouffre. Ce soir, les Lensois vont recevoir Troyes. Et Bollaert pourrait fêter une équipe qui, en cas de succès, prendrait 10 points d'avance sur son dauphin, Metz, et même 12 sur le 4e, Montpellier. « Il y a encore assez de points en jeu pour qu'on ne se relâche pas », prévient Jean-Guy Wallemme.

Le coach artésien doit adapter son discours. Depuis la victoire à Metz (1-2), la semaine passée, il est le garde-fou, celui qui rappelle à tout bout de champ que « tant que l'objectif de la montée n'est pas acquis au niveau comptable, il faut continuer à se concentrer et à travailler ». Pour cela, il a rappelé à ses joueurs l'exemple de... Troyes. « L'année dernière, à la 25e journée, ils avaient 12 points d'avance sur Grenoble. Regardez où sont les deux équipes maintenant », souffle le défenseur Alaeddine Yahia. Lui a un intérêt particulier : en cas de montée, il devrait être définitivement transféré de Nice à Lens. ■ A. M.