face au gf 38, les canaris ont couru dans le vide

— 

Trop courts physiquement. Samedi soir, les Canaris ont semblé en manque de gaz contre Grenoble (1-1). Même complètement à plat en seconde période. Pour Jérôme Alonzo, l'explication est simple : « Depuis quelques mois, on perdait un joueur par semaine. Là, c'est un toutes les 20 minutes. »

Des avatars qui créent des disparités de forme physique rédhibitoires au plus haut niveau, selon lui. « Cela fait beaucoup entre les joueurs qui reviennent de blessure, ceux qui jouent peu mais qui sont titulaires, et enfin ceux qui ne jouent pas à leur poste. On fait donc beaucoup d'efforts en début de match et on le paie au bout d'une heure. » Elie Baup n'est pas du tout en phase avec son portier. Le constat est plus sombre. A l'entendre, ses joueurs courent beaucoup. Mais dans le vide. Cette « débauche d'énergie dans l'optique de vouloir faire le jeu », dixit Baup, serait ainsi à l'origine de la baisse de régime au milieu de la seconde période. « On court à l'envers, peste le coach à la casquette. On fait des courses à contretemps. » Il regrette aussi « l'inutilité de certains déplacements » ou « le manque de temps d'arrêt ». En clair, le FCN a bien du mal à jouer avec sa tête. « Ça devrait pourtant être instinctif », poursuit-il. Cette carence, il la met sur le compte du manque « de métier, d'expérience ».

En attendant, les Canaris (14es) seront privés de Capoue (adducteur) et Bekamenga (genou) à Saint-Etienne dans une semaine. Bagayoko fera, en revanche, son grand retour. ■D. P.