lE VaFC n'a pas peur du grand méchant LOSC

François Launay

— 

Un match comme les autres. Pour parler du derby, les Valenciennois ont décidé hier de ne pas faire de vagues. Pas de déclaration choc ni de rivalité régionale en jeu, juste une rencontre entre une équipe qui lutte pour sa survie (17e) et un outsider en course pour l'Europe (6e). « Peu importe que ce soit un derby. Ce qui nous intéresse, c'est de l'emporter pour continuer à gravir les échelons et aller chercher les points du maintien », déclare Antoine Kombouaré, l'entraîneur valenciennois. Même son de cloche chez Gaël Danic, le milieu du VAFC : « Ça ne change rien pour moi, car je ne suis pas originaire d'ici. Ça reste juste un match important qu'il faut gagner », explique calmement le Breton.

Loin de la tension ancestrale des Lille-Lens, le derby VA-Losc ne déchaîne pas les passions. Revenu en L1 il y a seulement trois ans, Valenciennes manque de références historiques avec Lille. Seul Rafael Schmitz, le capitaine du VAFC qui a joué six ans à Lille, place ce match à part : « J'ai beaucoup d'amis dans cette équipe. On se chambre depuis le début de la semaine, mais on ne se fera pas de cadeau sur le terrain », sourit le Brésilien, avant de rappeler que le derby, « c'est surtout pour les supporters ». VA ne se fait donc pas une montagne de ce sommet. Mais la motivation reste bien présente. Car depuis son retour en Ligue 1, en 2006, VA n'a jamais battu Lille à domicile. Pire, le club de l'Escaut n'a jamais marqué de but contre les Dogues à Nungesser. « Je me rappelle une défaite 3-0 où les supporters lillois chantaient :"On est chez nous." Ça m'est resté en travers de la gorge », lâche Antoine Kombouaré, pas si insensible aux retrouvailles avec le rival régional. ■