Liverpool, trois semaines après son succès (2-0) en 8e aller, a résisté pendant 50 minutes à la pression de l'Inter mardi à Milan, avant de voir sa tâche facilitée par l'exclusion de Burdisso pour obtenir un succès (0-1) synonyme de quarts de finale de la Ligue des champions.
Liverpool, trois semaines après son succès (2-0) en 8e aller, a résisté pendant 50 minutes à la pression de l'Inter mardi à Milan, avant de voir sa tâche facilitée par l'exclusion de Burdisso pour obtenir un succès (0-1) synonyme de quarts de finale de la Ligue des champions. — paul ellis AFP

Sport

Revivez Real Madrid-Liverpool en live

Vous avez voté,et c'est un plébiscite: ce soir, c'est Real-Liverpool. A vrai dire, la plus belle affiche de cette soirée de Ligue des champions. On gardera quand même un oeil sur les trois autres matchs (Sporting-Bayern, Villareal-Panathinaikos et Chelsea-Juventus).

Que s'est-il passé mardi soir?


Chelsea-Juventus

Quelle affiche! A Stamford Bridge, Ranieri, l'ancien entraîneur de Chelsea, vient à la tête de sa nouvelle équipe de la Juve pour défier Guus Hiddink qui vient de prendre les rênes des Blues. Ça paraît compliqué comme ça, mais ça le sera encore plus à 20h45 entre ces deux fins tacticiens qui redouteront plus que tout de prendre un pion. Pas facile pour Chelsea
qui vient de perdre Deco, forfait. Les Blues pourraient enregistrer le retour du défenseur Ricardo Carvalho, inclus dans le groupe. Bien que revenu à l'entraînement après une grave blessure à un genou, Michael Essien n'a toutefois pas été retenu. La Juve, elle, sort d'un hold-up en championnat à Palerme. Autant dire que la Vieille Dame est en forme. Trezeguet pourrait être aligné.

Villareal-Panathinaïkos.
Comment ça, c'est le match le moins beau sur le papier? Villareal est une des équipes qui propose le jeu le plus alléchant depuis quelques années en Europe. Entre le Pana et les Espagnols, le combat risque d'être sublime puisque ces deux équipes ont déjà connu les charmes des quarts de finale (en 1996 pour les Grecs et en 2006 pour Villareal).

Sporting-Bayern de Munich
Ce match ne paraît plus aussi déséquilibré qu'il y a quelques semaines. Les prévisions des pronostiqueurs de l'affiche Sporting-Bayern sont en effet bousculées par les derniers résultats. Les Munichois pensaient avoir hérité d'un bon tirage, mais ont perdu trois matchs sur quatre en 2009 alors que les Sportinguistes viennent de remporter coup sur coup deux derbies de Lisbonne, 1-0 contre Belenenses et surtout 3-2 contre Benfica, l'Ennemi intime, très bon pour le moral. Oui, mais les Bavarois ont le petit Franckie dans leur rang. Et un Ribéry, ça peut tout changer.

Real Madrid-Liverppool
Dimanche 29 juin, sur la pelouse du Ernst-Happel Stadion de Vienne, Fernando Torres devance Jens Lehmann, et offre le titre européen à l’Espagne. Pendant ce temps, paria de la sélection, Raul noie son spleen à Majorque. Dans une interview diffusée sur Canal+ mercredi, Raul le reconnaît. «C’est clair, j’aurais aimé y être, j’ai suivi la finale de loin et avec un peu de jalousie, je l’avoue…» L’heure de la revanche a donc sonné pour le goleador madrilène, devenu cette saison le meilleur buteur de l’histoire de la Ligue des Champions, face à son remplaçant en sélection, el Nino Torres.

L’affrontement n’aurait sans doute pas pu tomber à un meilleur moment pour le Real, transformé depuis l’arrivée de Juande Ramos à la tête de l’équipe. Euphoriques, les Madrilènes ont marqué neuf buts sur les deux derniers matchs, et le président du club, Vicente Boluda, n’hésite pas à annoncer la victoire finale des Merengues. Dynamique complètement contraire pour les Reds, imbattables à l’automne, et au point mort cet hiver. Petite éclaircie pour Rafael Benitez: il pourra compter sur ses deux régulateurs, Steven Gerrard et Xabi Alonso. Pas sûr que cela suffise.