L'Inter et Manchester se neutralisent... La bonne affaire pour Porto...

FOOT Le tour des stades de mardi soir...

La rédaction sport

— 

Des joueurs de l'Inter de Milan tentent d'intercepter un coup franc tiré par Francesco Totti de l'AS Roma lors d'un match comptant pour le championnat italien, le 19 octobre 2008.
Des joueurs de l'Inter de Milan tentent d'intercepter un coup franc tiré par Francesco Totti de l'AS Roma lors d'un match comptant pour le championnat italien, le 19 octobre 2008. — A. BIANCHI / REUTERS
Inter Milan - Manchester United: 0-0

Le choc a sonné creux. L'Inter, longtemps tétanisée par l'enjeu, n'est pas parvenue à faire mieux que 0 à 0 face à Manchester United à San Siro, permettant au tenant du titre d'être en ballottage favorable. L'équipe milanaise, qui cherche  toujours la reconnaissance, a été méconnaissable tout le long des 45 premières minutes, laissant MU s'installer et prendre le match en mains. En seconde période, elle s'est enhardie, mais pas suffisamment pour faire vaciller son adversaire. Pour le spectacle, on repassera.

Arsenal - AS Roma: 1-0
Van Persie (37e sp)

L'air de l'Europe a revigoré un Arsenal mal payé de sa grosse domination sur l'AS Roma par une courte victoire obtenue mardi sur un penalty de Robin Van Persie (1-0) qui ne met pas les Londoniens à l'abri avant le retour de ce 8e de finale de Ligue des Champions en Italie. Face à des Italiens incapables de tenir le ballon, Arsenal a mis pendant plus d'une heure un rythme que ses supporteurs ne les pensaient plus capables d'insuffler après ses prestations atones de championnat. Mais l'équipe d'Arsène Wenger a encore pêché par manque de réalisme, avec une mention spéciale pour le Danois Nicklas Bendtner. A noter que les Londoniens ont commencé la deuxième mi-temps à neuf, puisque Gallas et Touré traînaient encore au vestiaire.

Atletico Madrid - Porto: 2-2
Maxi Rodriguez 3e, Forlan 45e / Lisandro Lopez 22e 72e

Malgré le nul, c’est bien Porto qui sort vainqueur de ce duel ibérique au bénéfice des buts marqués à l’extérieur. Les Portugais ont surtout eu le mérite de se relever de l’énorme boulette  de leur gardien brésilien Helton. Le sosie de Gilberto Gil – jeune – risque de mal dormir.