« Peut-être le début d'une nouvelle histoire »

Recueilli par Rémi Bostsarron

— 

Pensez-vous avoir vécu un moment historique pour l'Union, samedi, lors de son succès contre Agen ?

Je crois qu'on peut dire ça, oui. Il faut reconnaître que depuis un an et demi que l'Union existe, nous avons connu trop peu de moments de plaisir. Cela me manquait comme cela manquait aux joueurs. Cette fois, tous les ingrédients étaient réunis : nous avons gagné contre un sérieux prétendant à la montée, dans un derby et dans un stade plein, puisqu'il y avait 8 000 spectateurs. C'est très important pour les joueurs d'être ainsi soutenus. Ils y ont été très sensibles. Depuis samedi, nous recevons beaucoup d'appels et d'e-mails. Les avis sont unanimes : les gens se sont régalés.

Vu les résultats du début d'année (voir ci-contre), on a le sentiment que les limites de cette équipe ne sont pas encore connues.

C'est vrai. Déjà, nous avons prouvé que notre victoire à La Rochelle, une semaine plus tôt, n'était pas un exploit. Notre équipe a trouvé son équilibre. Quand elle joue comme ça, elle peut battre n'importe qui. Cela prouve que nous ne nous sommes pas trompés dans notre recrutement. Je suis attaché à notre choix de faire confiance à de jeunes joueurs. Le potentiel existe. Ce match peut servir de déclic. C'est peut-être le début d'une nouvelle histoire.

L'objectif de la saison pourrait-il être revu à la hausse ?

Je crois qu'il est malheureusement trop tard pour espérer une très bonne nouvelle en fin de saison [sous-entendu, la montée en Top 14]. Mais nous allons désormais regarder vers le haut, bien sûr. On peut viser la cinquième place. ■