Paris, deuxième modeste

FOOT Le club de la capitale prend seul la deuxième place du classement...

Pierre Koetschet

— 

Premier but en Ligue1 pour Mamadou Sakho face à St-Etienne et Bafetimbi Gomis le 14 février 2009.
Premier but en Ligue1 pour Mamadou Sakho face à St-Etienne et Bafetimbi Gomis le 14 février 2009. — REUTERS/Gonzalo Fuentes

Cette saison, le PSG n’est plus à un paradoxe près, alors ne comptez pas sur l’équipe de la capitale pour s’enflammer le soir où elle dépasse son total de point de la saison dernière et prend seule la deuxième place de la Ligue1. «Potentiellement, Lyon est supérieur, et après Bordeaux, qui est dauphin depuis le début de la saison», tempère Zoumana Camara.

Plus le PSG grimpe dans le classement, et plus les joueurs parisiens font preuve de calme et de décontraction, au contraire du public du Parc des Princes, chaud comme la braise, qui a mis une ambiance digne d’un derby athénien, avec fumigènes, feux d’artifice et tifo géant.

Retrouvez tous les résultats de la journée de Ligue1 en cliquant ici

Evidemment, pas de quoi enflammer Paul Le Guen, tout en satisfaction contenue. «Je suis satisfait par la bonne opération mais je reste vigilant. On arrive à de la régularité, avec quatre victoires après une lourde défaite à Bordeaux, ça montre qu'on a des ressources alors qu'il y a eu des secousses au sein du club».

Bien sûr, le PSG a bénéficié d’un arbitrage plutôt clément. Sessegnon, provoqué par Matuidi, et coupable d’un léger coup de tête sur ce dernier aurait pu rejoindre les vestiaires bien avant la fin du match, tout comme Claude Makelele, qui a cisaillé Benalouane.

Mais au-delà, de ces «faits de jeu», dixit Matuidi, l’équipe de la capitale a montré de belles ressources samedi soir. Seulement mis à mal sur le but de Payet, Mickaël Landreau a passé une soirée très tranquille. Après le festival offensif à Nantes la semaine précédente, les Parisiens ont construit la victoire face à St-Etienne au courage et à la volonté. «J’avais insisté sur ce point-là avant le match», explique Paul Le Guen. «J'avais peur qu'après un match rendu facile on chute dans l'intensité du combat, et j'ai été rassuré.» les supporters parisiens aussi.   

Et vous, qu’en pensez-vous? Le PSG a-t-il les ressources pour finir deuxième de la Ligue1?