Loin du Stadium, Lille doit réagir

Antoine Maes

— 

Vous allez dire qu'on pinaille. Mais s'il y a bien un léger doute à soulever au sujet du Losc version Rudi Garcia, c'est sa capacité à gagner à l'extérieur. Demain, à Auxerre, puis au Mans, mardi, les Nordistes vont enchaîner deux rencontres qui pourraient les porter sur le podium. Mais cette saison, ils n'ont gagné que deux fois loin du Stadium. « On a joué que 10 matches en déplacement, les autres équipes, 11 ou 12. C'est la théorie du verre à moitié plein ou à moitié vide, parce qu'on a très peu perdu aussi », souligne Garcia. Pour ces surprenants Nordistes (6es), pointer le bilan à l'extérieur, c'est chercher des poux sur la tête d'un parcours très propre.

Mais la marge de progression est là, dans la capacité des Dogues à enchaîner les succès à la maison avec des raids à trois points sur les autres pelouses de L1. Alors qu'est-ce qui cloche ? « Peut-être que certaines fois, on se contente du nul », soulève Frau. « Souvent, ce sont des petits manques de concentration », relève Cabaye. « Il doit y avoir une raison. Mais c'est en gardant cette façon de jouer qu'on y arrivera », coupe Béria. Une méthode qui a permis d'aller chatouiller Bordeaux (2-2), Marseille (2-2) ou Lyon (2-2) sur leur terrain. « Un Losc au meilleur de sa forme va à Auxerre pour trois points », souligne Garcia. C'est tout le mal qu'on lui souhaite. ■