Quand le PSG commence à parler de titre

FOOT Après la large victoire à Nantes (1-4)...

PK

— 

 Ludovic Giuly tout heureux après son but à Nantes, le 7 février 2009.
 Ludovic Giuly tout heureux après son but à Nantes, le 7 février 2009. — REUTERS/Stephane Mahe

C’est le pourtant mesuré Paul Le Guen qui a le premier lancé la charge. «Le titre? Je pense que Marseille, Bordeaux et Lyon ont plus de potentiel. Quand on voit leur effectif et les renforts par exemple au dernier mercato à l'OM, on se dit qu'on est en retrait...», a reconnu l’entraîneur parisien, avant de lâcher dans un souffle: «Mais sur le terrain, finalement pas vraiment!»

Retrouvez tous les résultats de L1 ici

Trois jours après avoir été à nouveau dominé par Bordeaux en Coupe de la Ligue, le club de la capitale a fait plus que rebondir en allant gagner à Nantes, il s’est offert de nouvelles ambitions. «On veut jouer les premières places et aller titiller Lyon. On a montré ce soir qu'on avait du mental», remarque Sylvain Armand. «On a réussi à faire abstraction de l'extra-sportif. Ce n'était pas facile car quand on regardait la télé ou quand on ouvrait les journaux, on avait le sentiment qu'on avait un peu oublié que Paris jouait pour la 3e place...»

En passant quatre buts à la fragile arrière-garde nantaise, les Parisiens ont prouvé qu’ils pouvaient faire sans Kezman, ce dont on se doutait un peu, mais surtout sans Guillaume Hoarau. «Je suis content de la prestation de mes deux attaquants», sourit Paul Le Guen. «Ils ont compté offensivement et ont été bons dans le replacement défensif. Cela a donné un jeu de qualité.»  Il ne reste plus qu’à confirmer.