Ivan Cupic a un doigt du succès

HAND Portrait du meilleur jour croate de la finale...

Pierre Koetschet à Zagreb

— 

 Le Croate Ivan Cupic le 16 janvier 2009.
 Le Croate Ivan Cupic le 16 janvier 2009. — D.Sagolj / REUTERS
 De notre envoyé spécial à Zagreb (Croatie)

Ivan Cupic n’a pas suffit. Avec six buts à 100% de réussite, le vibrionnant ailier croate a porté à bout de bras son équipe. Un exploit pour un joueur qui n’a que… neuf doigts. Car le jeune ailier droit de 23 ans n’aurait pas dû jouer ces championnats du monde. Le 24 juillet dernier, fraîchement marié, son alliance se coince dans une barrière et lui sectionne l’annulaire gauche. Pas de chance, il est gaucher. Les docteurs le donnent perdu pour le hand.

«La sensation n’est pas différente, mon tir est exactement le même. Je n’y comprends rien»

Il s’accroche et miracle, délesté de son appendice, Ivan Cupic est encore plus efficace qu’avant. «La sensation n’est pas différente, mon tir est exactement le même. Je n’y comprends rien», sourit-il. Consécration, il finit même joueur le plus adroit de la compétition, et meilleur ailier droit, les doigts dans le nez. Une maigre consolation pour celui qui voulait tellement offrir le titre de champion à la Croatie, mais un joli pied de nez au destin.