Roland Jourdain: «A priori, je navigue sans quille»

VOILE Le skipper de Véolia va tenter de glisser jusqu'à l'arrivée...

R.S.

— 

Roland Jourdain, sur son bateau Véolia, lors du Vendée Globe 2008.
Roland Jourdain, sur son bateau Véolia, lors du Vendée Globe 2008. — C.Platiau/REUTERS

Roland Jourdain n’est pas encore allé vérifier sous l’eau. Mais a priori son bateau n'a plus de quille. Le skipper de Veolia Environnement, qui occupe la deuxième place du classement à 1042 milles du leader, Michel Desjoyeaux, a livré ce diagnostique inquiétant à la vacation radio de vendredi.VENDEEGLOBE

Toute notre édition spéciale Vendée Globe

A quelques jours de l’arrivée, il est donc contraint de rejoindre le Port des sables d’Olonnes laissant glisser son bateau sous voilure réduite. «Quand avant-hier ça a cassé, j'ai cru que c'était le bulbe (ndlr: lest de 3 tonnes placé en bout de quille). Et puis, en fait, il se trouve que c'est plutôt l'ensemble qui est parti», raconte Roland Jourdain, qui considère cette casse comme la conséquence du heurt de son bateau avec un cétacé le 8 janvier.

Comme Golding

Pour assurer la stabilité de son monocoque, Roland Jourdain a rempli les ballasts (compartiments latéraux, désormais pleins d'eau), abaissé tous les poids et réduit la voilure. L’objectif étant de passer la ligne d’arrivée, distante de 1650 milles. Il y a quatre ans, le Britannique Mike Golding avait connu la même mésaventure, mais il était beaucoup plus proche de l’arrivée.

Le classement:

1. Michel Desjoyeaux (Foncia) à 614,6 milles de l'arrivée
2. Roland Jourdain (Véolia Environnement) à 1042,7 milles du leader
3. Armel Le Cléac'h (Brit Air) à 1411,1 milles
4. Samantha Davies (Roxy) à 2469 milles
5. Marc Guillemot (Safran) à 2572,3 milles